Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 07:40
Anticapitalisme, de la Gauche à la Droite, de la Droite à la Gauche

L’anticapitalisme est-il toujours de gauche ?

Anselm Jappe[*]

Dans les années 1990 on a proclamé le triomphe désormais mondial et définitif de l’économie de marché – au point que certains de ses apologistes ne croyaient même plus nécessaire d’utiliser des euphémismes, reprenant par défi le mot « capitalisme », depuis longtemps honni, pour en faire l’éloge. Mais au bout d’une dizaine d’années, avec l’éclatement des bulles spéculatives et le début du mouvement altermondialiste, le vent s’est mis à tourner.

Depuis la crise de 2008, la critique du « capitalisme » s’est emparée à nouveau des esprits et, parfois, des rues. Les « indignés » et « Occupy Wall Street » ont fait des émules dans le monde entier. Dans de nombreux pays, surtout aux Etats-Unis et en Espagne, ils ont constitué les mouvements sociaux les plus importants depuis des décennies. Dans la gauche radicale, certains y voient déjà, en y additionnant les révoltes du « printemps arabe », les signes avant-coureurs de la prochaine révolution mondiale. Mais au-delà des protestations organisées, c’est jusque dans les médias officiels et les discours de café du commerce qu’on ne cesse de se poser la question : faut-il « limiter » le capitalisme ? Celui-ci traverse donc, c’est le moins que l’on puisse dire, une « crise de légitimité ».

Le nouvel esprit anticapitaliste

Mais que reproche-t-on au capitalisme ? Comme chacun sait, ce nouvel « esprit anticapitaliste » a principalement deux cibles : la financiarisation de l’économie et la rapacité d’une « élite » économique et politique totalement déconnecté de l’immense majorité de la population. Sur un plan plus général, on pointe aussi les inégalités toujours croissantes des revenus et la détérioration des conditions de travail – mais en les attribuant, tout comme les autres maux sociaux, à la finance et à la corruption.

On peut facilement objecter qu’il ne s’agit pas là d’une critique du capitalisme, mais seulement de sa forme la plus extrême : le néolibéralisme. En effet, l’anticapitalisme actuel (au sens le plus large) demande d’abord le renforcement des pouvoirs publics, l’adoption de politiques économiques keynésiennes (programme de relance au lieu de sauvetages des banques) et la sauvegarde de l’Etat-providence. Des marxistes traditionnels appelleraient cela une critique de la « sphère de la circulation ». Ils font remarquer que la finance et le commerce, de même que les interventions de l’Etat, ne produisent pas de la valeur, mais se limitent à distribuer et à faire circuler celle-ci.

Au-delà de la critique de la propriété privée des moyens de production : la critique catégorielle

Il faut s’attaquer, disent-ils, à la sphère de la production, où le profit nait de l’exploitation des travailleurs, laquelle est rendue possible par la propriété privée des moyens de production. Or, les indignés ou les « occupants » tiennent rarement compte de celle-ci. Mais même s’ils le faisaient, ce serait encore insuffisant : Marx a démontré – même si les marxistes l’ont vite oublié – que la propriété privée des moyens de production est elle-même la conséquence du fait que dans le capitalisme – et seulement dans le capitalisme – l’activité sociale prend la forme de la marchandise et de la valeur, de l’argent et du travail abstrait. Un véritable dépassement du capitalisme ne peut se concevoir sans se libérer de ces catégories.

Les mouvements sociaux dont il est question ici n’aiment pas les discussions théoriques. A leurs yeux, celles-ci sapent l’unité et l’harmonie tant recherchées. Ce qui compte, c’est le « tous ensemble ». Dans les assemblées, par souci de démocratie, personne n’a le droit de parler plus de deux minutes. Un mouvement comme « Occupy Wall Street », fort d’avoir l’appui ou la « compréhension » de Barack Obama et du « guide » iranien Khamenei, de la présidente brésilienne Dilma Roussef, de l’ex-Premier ministre britannique Gordon Brown et du président vénézuélien Hugo Chavez, sans parler de certains banquiers comme George Soros, de divers prix Nobel de l’économie et d’hommes politiques du parti républicain, un tel mouvement ne peut pas se perdre dans des arguties dogmatiques. Et les théoriciens de gauche accourent pour leur donner raison : s’attaquer aux bourses et aux banques, disent-ils, constitue déjà un bon début.

Un anticapitalisme de droite populiste

Vraiment ? Toute critique du capitalisme est-elle nécessairement de gauche et prononcée au nom de l’émancipation sociale ? N’y a-t-il pas aussi un anticapitalisme populiste et de droite ? On se trompe en identifiant la « droite » exclusivement à la droite libérale (du genre UMP), qui prône le tout-marché et l’individualisme forcené dans le domaine économique. Depuis que la droite et la gauche existent, c’est-à-dire depuis la Révolution française, il y a toujours eu des représentants de la droite pour dénoncer certains aspects de la société capitaliste. Mais cela s’est toujours fait de manière partielle, et surtout dans le but de canaliser la rage des victimes du capitalisme contre certaines personnes et certains groupes sociaux auxquels on attribue la responsabilité de la misère.

Ainsi, ces hommes de droite mettent les fondements du système à l’abri de toute contestation. Ce fut avec des slogans anticapitalistes qu’Hitler arriva au pouvoir, au milieu de la plus grave crise du capitalisme du XXe siècle. On oublie souvent que l’acronyme NSDAP signifiait « Parti national-socialiste des ouvriers allemands » et que les fascistes aimaient à faire des déclarations tonitruantes contre la « ploutocratie occidentale », la « haute finance » et « Wall Street ».

Les explications offertes par l’extrême droite attirent une partie des victimes de la crise, car elles paraissent évidentes à ces dernières. Elles se concentrent presque toujours sur le rôle de l’argent. Hier c’était la chasse aux « usuriers », aujourd’hui aux « spéculateurs ». « Briser l’esclavage du taux d’intérêt » : voilà qui pourrait être un slogan du « mouvement des occupations ». En vérité, ce fut un des principaux points programmatiques du Parti nazi à ses débuts.

Le travail sanctifié

Marx a démontré que l’argent est le représentant du côté « abstrait » et quantitatif du travail, que l’argent est une marchandise et qu’il est normal dans le capitalisme que l’on paie, comme pour toute marchandise, un prix pour son usage (l’intérêt). Or, dans la rhétorique anticapitaliste de droite (de toute façon toujours hypocrite et jamais mise en pratique lorsque la droite est au pouvoir), le travail et les travailleurs sont sanctifiés (d’ailleurs, la droite compte aussi parmi les travailleurs les « capitalistes créateurs », ceux qui investissent leur capital dans la production réelle « au service de la communauté » et créent des postes de travail). Le capital monétaire, en revanche, serait le domaine des « parasites » égoïstes qui exploitent les honnêtes travailleurs et les honnêtes capitalistes en leur prêtant de l’argent – les nazis l’appelaient le « capital rapace ». Cette identification de tous les maux du capitalisme avec l’argent et les banques a une longue histoire et entraînait presque inévitablement l’antisémitisme. Et même aujourd’hui, la description des spéculateurs fait appel implicitement, et parfois explicitement, à des stéréotypes antisémites. La haine des « politiciens corrompus » ne manque pas de fondement – mais quand on l’absolutise, on prend le symptôme pour la cause et on attribue à la mauvaise volonté subjective de certains acteurs ce qui est dû à des contraintes systémiques qui demeurent totalement ignorées. L’identification unilatérale du capitalisme avec « l’impérialisme américain » va dans le même sens et réunit souvent des activistes de gauche et d’extrême droite.

Une gauche en difficulté pour se démarquer

Dans les mouvements sociaux des années 1960 et 1970, cette confusion entre contenus de gauche et de droite aurait été inimaginable. Aujourd’hui, il arrive de ramasser des tracts lors de manifestations où seulement le sigle de l’organisation atteste s’il émane d’un groupe de gauche ou d’extrême droite. En effet, la gauche est en grande difficulté pour se démarquer de la droite pour ce qui touche la critique de la finance. Elle a mal assimilé Marx quand celui-ci démontre que la finance est une simple conséquence de la logique marchande et du travail abstrait.

En suivant plutôt, souvent sans l’admettre, la critique de l’argent proposée par Proudhon, la gauche a choisi, comme Lénine, le « capital financier » comme objet facile de ses attaques, au lieu de critiquer le travail même. Si, aujourd’hui, on se contente d’attaquer les banques et les marchés financiers, on risque de ne pas faire un « premier pas » dans la bonne direction, mais d’aboutir à une désignation des « coupables » et de conserver d’autant mieux un ordre socio-économique que peu de gens ont actuellement le courage de mettre vraiment en discussion.

Le nombre de groupes d’extrême droite se prétendant anticapitaliste est encore petit en France. Mais la Grèce a montré qu’en temps de crise, de tels groupes peuvent accroître l’adhésion à leur programme par vingt, et en un rien de temps. Le risque est grand que leurs arguments commencent à se répandre parmi les manifestants qui ont, certes, les meilleures intentions du monde, mais qui semblent incapables de voir jusqu’où peut mener la confusion entre critique de la finance et critique du capitalisme.

Anselm Jappe

Paru dans le journal français « La vie est à nous !/ Le Sarkophage », n°35, 16 mars-18 mai 2013 (l’article a été rédigé en 2012)

Et pour preuve de ce qui précède, cet article Repris de operationpoulpe (puisqu'il en est qui osent encore attendre quelque chose de la Gauche et de l'impossible « alternative » ? La question est bien de savoir si le moralisme travailliste, qui ne se place jamais très loin dans les faits de l'imposture nationaliste, n'est pas un réel obstacle contre le cours évolutif de la vie qui en appelle plutôt secrètement à son dépassement ? ). Mais seulement … la Gauche a-t-elle pu représenter dans le passé autre chose dans son « anticapitalisme » d'antan qu'une affirmation envers l'ordre moral qui de toute façon régnait malgré tout au cœur de ses utopies ? Le problème est que l'opposition construite par la gauche historique entre les espérances « révolutionnaires » et la marche capitalistique du monde se maintenait (et se maintient toujours) dans le paradigme d'une opposition entre le monde de la réalité, conçu comme « faux », et le monde « vrai », extériorité toujours en fait inatteignable, idéalement porté au-delà de toutes contradictions. L'idéal anime les âmes les plus charitables (envers le pauvre « peuple ») et les réintroduit au cœur du cercle infernal de la négation de la vie. L' « anticapitalisme » paraît alors pour ce qu'il est : une bataille funeste qui engage les individus à rendre allégeance à des catégories, toujours plus ou moins les mêmes, qui font « système » ; et ainsi donc à se soumettre à l'injonction d'une identité qui ne peut qu'affirmer le rôle que chacun est tenu de « jouer » (d'exercer) afin de faire perdurer les illusions qui les maintiennent en vie. Il a toujours résulté d'un désir de socialisme, une disciplinarisation des corps et par conséquent des individus en ce qu'ils sont les expressions « pensées » de la vie et de la tension perpétuelle vers un « au-delà de l'actuel ». L'anticapitalisme a toujours suivi cette tendance car il est ordre contre ordre, et non pas désordre au sein de l'ordre, et encore moins déconstruction de l'ordre par un au-delà de l'ordre et du désordre. Il est donc tout à fait à même de s'accorder avec les affres de la décadence dans ce qu'elles ont de plus négatrices envers la vie : toutes formes de totalitarisme incarné de la morale idéaliste, l'intégrisme ou le fascisme. La Gauche, et le socialisme dont elle se voulait, et se veut encore dans sa frange la plus « radicale », être l'espoir et l'organisatrice, ne contient pas en elle cette capacité à libérer les pulsions créatrices qui seules peuvent être à même de donner aux individus, par des voies bien divergentes, la possibilité de « se lier au cosmos » par l'entremise de la singularité de chacun d'eux. Le seul horizon qu'elle saurait proposer est celui des limites des croyances de notre temps. Et il est à craindre que tout espoir de la réformer afin de la placer sur la voie d'une radicalisation de ses positions ne peut aboutir qu'à renforcer plus ou moins inconsciemment ces mêmes croyances en assurant les valeurs moralistes qui y sont liées. Comment serait-il alors possible qu'elle se démarque de ce dont au fond elle n'est qu'une interprétation ? Le travail, l'argent, la liberté, l'État, affirmés selon des objectifs qui ne diffèrent de ceux qui s'y opposent (les « réactionnaires ») que par le sens qu'on leur donne qui finit inévitablement dans le néant du non-sens.

Les multiples visages de la Troisième Voie

"Rien de ce qui est en puissance ne passe en acte autrement que par quelque chose qui est déjà en acte."
Aristote.

Après le meurtre de Clément Méric, l’étendue des liaisons de Serge Ayoub, qui fréquentaient son Local et venaient y donner des conférences a commencé à être évoquée, d’abord dans les médias antifascistes, puis un peu dans les médias capitalistes.

A cette occasion, Julien Landfried, candidat du PS aux législatives a dû s’expliquer sur une conférence donnée au QG des collègues d’Esteban Morillo. Le candidat a expliqué qu’il était venu sans savoir où il allait, invité par une « organisation tout à fait respectable », le Cercle Aristote .
Les choses en sont restées là. Manifestement, personne n’a été intéressé par la nature exacte de ce fameux « Cercle Aristote », qui a effectivement tenu ses conférences pendant plusieurs années chez Serge Ayoub.

Pourtant les informations de première main sur ce Cercle Aristote pouvaient être obtenues assez facilement par la gauche et l’extrême-gauche : il suffisait de demander à Jacques Nikonoff, fondateur d’ATTAC président du M’PEP, signataire de l’appel à la manifestation antifasciste unitaire du dimanche 23 juin, qui y a donné une conférence le 5 juillet 2011, sur la « sortie de l’euro », tout comme Aurélien Bernier, autre membre du MPEP, en 2012. Conférence annoncée sur de nombreux sites d’extrême-droite, naturellement, vu le sujet.

Le MPEP appelle à la manifestation antifasciste et relaie une organisation amie de 3ème Voie
« Et alors ? , la conférence du Cercle Aristote en question ne se tenait pas chez Serge Ayoub », nous dira immédiatement le lecteur craignant l’amalgame.

A vrai dire, nous sommes férus d’amalgames. Nous pensons effectivement que personne n’organise de réunions chez Serge Ayoub par hasard, et qu’à partir de là le Cercle Aristote ne peut pas être une « organisation respectable ». Nous pensons aussi que personne ne peut aller au Cercle Aristote sans savoir de quoi il s’agit et avoir des intérêts politiques communs avec ses membres. Nous pensons donc que la simple présence du président du M’PEP à une de ces conférences aurait dû amener son exclusion immédiate de l’appel unitaire antifasciste.

C’est sectaire et scandaleux ? Peut-être, mais en réfléchissant de la sorte, en tout cas, les autres signataires de l’appel unitaire auraient pu éviter l’ignominie que vient de leur infliger le M’PEP : quelques jours après avoir signé cet appel en hommage à Clément Méric, le M’PEP publie un article du Cercle des Volontaires, organisation d’extrême-droite qui diffuse la propagande des assassins du jeune antifasciste, le groupe 3ème Voie de Serge Ayoub.

Rien d’étonnant là-dedans, rien d’imprévisible : en effet le M’PEP n’a pas « dérivé » brusquement, le M’PEP fait partie d’une mouvance qui regroupe des gens venus de droite et d’extrême-droite, et des gens de la gauche et de l’extrême-gauche. Le Cercle Aristote, auquel plusieurs membres du MPEP ont donné des conférences est une des émanations de cette mouvance. Or ce type de regroupement est la définition même d’un mouvement fasciste. Et au cœur de cette mouvance, l’on va retrouver Jacques Nikonoff et Bernard Cassen, deux fondateurs d’ATTAC, l’association altermondialiste, qui dans les années 2000, a été le pivot du nouveau protectionnisme de gauche.

Le Cercle Aristote, un espace « transcourants » fondé par le Président des Amis d’Eric Zemmour

Le président du Cercle Aristote,Pierre Yves Rougeyron interrogé par Riposte Laïque dans un entretien de 2010, expliquait que son objectif est de « refaire un peu de lien social et d’unir des gens en dehors des anathèmes, des flics de la pensée et des tenanciers de fiche de police. ».

Au Cercle Aristote, se croisent en effet des invités venus d’univers militants très différents : aux côtés des hommes de gauche évoqués ci-dessus, des négationnistes du génocide rwandais, par exemple l’ancien ambassadeur Ndajigimana, Jacques Cheminade de la secte antisémite « Solidarité et Progrès », Jean Claude Martinez, ancien vice-président du FN, Michel Drac, fondateur d’Egalité et Réconciliation, et co-auteur d’un livre avec Serge Ayoub., Pierre Sidos de l’Oeuvre Française.

Le président du Cercle Aristote Pierre Yves de Rougeyron vient de la droite : ancien jeune UMPIste, il a ensuite fréquenté Paul-Marie Couteaux, le souverainiste qui a rallié Marine Le Pen officiellement l’année dernière. Il est également président de l’Association des Amis d’Eric Zemmour. Le secrétaire général du Cercle Aristote, Romain Bessonnet, se présente, lui, comme venu du PCF et membre du MRC de Chevènement.

Une mouvance structurée autour d’une association pour la sortie de l’euro, revendication historique du FN

C’est d’ailleurs en s’intéressant aux activités de Romain Bessonet, que l’on réalise très vite que les liens entre le M’PEP, Jacques Nikonoff, d’autres membres de la gauche souverainiste et nationaliste et le Cercle Aristote vont bien plus loin qu’une simple conférence. En fait ils se sont concrétisés dans une organisation commune, ouvertement « transcourants », partisane du nationalisme le plus échevelé : L’Association manifeste pour un débat sur le Libre Echange et la Sortie de l’Euro.

Romain Bessonnet y est notamment remercié par la rédaction du site de cette association pour une étude comparative sur les droits de douane chinois et européens (et dans la liste des liens amis, l’on trouve le Cercle Aristote.)

L’association a été notamment fondée du côté gauche par Bernard Cassen ancien directeur du Monde Diplomatique et fondateur d’ATTAC, mais aussi par certains conférenciers du Cercle Aristote comme Julien Landried, le membre du PS qui était allé au Local d’Ayoub, et Aurélien Bernier du MPEP. Parmi les fondateurs , on retrouve aussi deux intellectuels appréciés à la fois par les sites d’extrême-droite et de gauche nationaliste, Emmanuel Todd et Jacques Sapir. Mais également Aquilino Morelle, ancien membre de l’équipe de campagne d’Arnaud Montebourg et actuel conseiller de François Hollande.

Du côté droit, Hervé Juvin, dénonciateur du « changement de population » et du métissage, (voir ici un entretien au site d’extrême-droite Enquête et Débat), également conférencier du Cercle Aristote. Mais aussi Jean Luc Gréau, ancien expert du Medef, Hakim El Karaoui, ancien conseiller de Jean-Pierre Raffarin, Gerard Schaffhauser, qui pourfend le mariage pour tous dans les colonnes d’Atlantico, ou Gerard Lafay économiste qui participe à des tables rondes sur les retraites avec Marine Le Pen (voir la liste intégrale des fondateurs sur la capture d’écran ci-dessus ou directement sur le site ici.).

Le fond du discours de cette association reflète sa composition . Tout est bon dans le front, à condition qu’il soit national : protectionnisme, souverainisme, dénonciation du capitalisme financier et défense des petits patrons, conspirationnisme anti-européen et anti-mondialisation mais indulgence et même louanges envers divers chefs d’Etat réactionnaires et autoritaires. Quant à la « sortie de l’euro », c’est évidemment LE débat propice à l’extrême-droite, interclassiste et nationaliste, ne menaçant en rien les intérêts des patrons, mais permettant de faire passer la vulgate la plus chauvine pour une rébellion anticapitaliste

On trouvera donc sur le site de l’association aussi bien des textes du M’PEP que de l’UPR, groupe d’extrême-droite fondé par l’ancien directeur de cabinet de Pasqua, aussi bien des prises de position d’Attac que celles d’Aymeric Chauprade, acteur de l’extrême-droite identitaire, auteur récent d’une ode à Dominique Venner, avec qui il collaborait autour de La Nouvelle Revue d’Histoire.

Cassen (Bernard), les néo-nazis et les victoires contre BHL

On se souviendra à ce propos des récents cris de victoire de Bernard Cassen dans les colonnes du Monde Diplo, suite à son procès remporté contre BHL, qui l’avait confondu avec son homonyme Pierre Cassen de Riposte Laïque, et avait parlé de « fricotage » entre crânes rasés identitaires et l’ex-directeur du Monde Diplomatique.

Certes Bernard Henry Lévy, avec son habituelle absence de travail sérieux et de rigueur, caractéristique commune à la plupart des « plumes de presse », a confondu deux Cassen. Mais enfin, il se trouve que les deux viennent de la gauche, et que les deux fricotent effectivement avec des gens de la mouvance identitaire et néo-fasciste, même si Aymeric Chauprade, publié par l’association dont Cassen (Bernard) est fondateur n’a pas le crâne rasé.

D’ailleurs, en ce qui concerne le Bloc Identitaire, attaqué dans la tribune pour laquelle Cassen (Bernard) a porté plainte, on ne peut pas dire que Cassen (Bernard) lui voue une haine quelconque. La preuve, il n’a pas jugé utile de se démarquer dans son communiqué de victoire, de celle obtenue le même jour par le Bloc contre ce même BHL, pour la même tribune, et ce alors que certains articles de presse liaient évidemment les deux condamnations. N’importe quel militant de gauche sincère, et ce, quels que soient ses griefs contre Bernard Henri Levy serait pourtant gêné de la confusion, et de l’impression de front commun qu’elle donne... Mais évidemment, comme ce front commun extrême-droite/extrême-gauche est clairement assumé par Bernard Cassen au sein de l’Association pour un Débat sur le libre-échange et la sortie de l’euro, il n’a aucune raison d’être gêné.

Troisième Voie et chemins de traverse vers le fascisme

Il y a donc bien une seule et même mouvance politique structurée autour de thèmes communs et à laquelle appartiennent à la fois des groupes et des personnalités de la gauche nationaliste, notamment le M’PEP, et une partie de la rédaction du Monde Diplomatique, également des groupes comme le comité Valmy et le PRCF et des groupes et intellectuels de l’ultra-droite et de l’extrême-droite, comme le Cercle Aristote, l’UPR, Nicolas Dupont-Aignant ou Serge Ayoub. Une mouvance politique se définit bien par des mots d’ordre communs, et des sphères politiques reliées entre elle par des militants communs.

Personne ne peut parler de liens fortuits ou de rencontres occasionnelles, quand ces groupes et personnalités se croisent au sein de structures fondées en commun où les publications de personnalités liées aux néo-nazis voisinent avec celles des rédacteurs du Monde Diplo, où des conférences comme celles du Cercle Aristote accueillent les uns et les autres , quand les uns font la publicité des sites des autres, et inversement, quand Nikonoff appelle à voter Dupont Aignant, ou qu’Egalité et Réconciliation publie du Nikonoff, ou que le MPEP publie Le Cercle des Volontaires, en lien avec le groupe d’Ayoub.

Le pot commun des uns et des autres, c’est bien la 3ème Voie, ni, droite, ni gauche, Nation. Le pot commun des uns et des autres, c’est bien le conspirationnisme anti-mondialiste (Pierre Hillard est publié aussi bien par 3ème Voie que par le site de l’association manifeste pour un débat sur le libre échange et également invité par le Cercle Aristote), la rhétorique chauvine, souverainiste et ultra-nationaliste, la dénonciation de la tyrannie des minorités et celle, bien évidemment de l’antifascisme.

Cette mouvance politique se présente comme "anti-système", et ses membres venus de la gauche ont en général un argument récurrent quand on pointe leurs collusions avec l’extrême-droite. Celle-ci ne serait qu’un "épouvantail" et les antifascistes des "idiots utiles du système" qui se gardent bien de dénoncer les "vrais" détenteurs du pouvoir politique et économique : mais comme on l’a vu, en réalité, dans cette mouvance où l’ultra nationalisme est le trait d’union, les membres de la social-démocratie au pouvoir, comme des représentants du patronat côtoient les soi-disant "rebelles" d’extrême-droite et de la gauche altermondialiste.

Certes, au sein de ce conglomérat, la partie venue de la gauche et notamment ses personnalités qui ont le plus à perdre en respectabilité se garderont bien d’aller directement parader avec Serge Ayoub dans la rue. C’est la raison pour laquelle existent des structures passerelles aux noms moins connotés que « 3ème Voie », Cercle Aristote ou "Association manifeste pour un débat sur le libre échange et la sortie de l’euro", c’est tout de même plus vague. De même côtoyer Hervé Juvin, ardent pourfendeur du métissage, peut toujours se justifier avec l’argument du brillant économiste, qui certes ne marche pas pour Serge Ayoub.

Mais les idées, les positionnements politiques sont bien les mêmes, déclinées selon le public auquel on s’adresse, avec des nuances de radicalité diverses et avec des pratiques variées. C’est ce qui caractérise une mouvance. Dont aucun membre ne devrait en tout cas figurer sur un appel antifasciste.

Partager cet article

Repost0
Publié par Max L'Hameunasse - dans Autres auteurs

Présentation

  • : In limine
  • : Ce site participe d'un questionnement profond sur la nature de la société capitaliste occidentale, et s'avance à proposer aux hommes qui la constituent un dépassement de leur métaphysique dualiste.
  • Contact

"Ce n'est pas autour des inventeurs de fracas nouveaux, c'est autour des inventeurs de valeurs nouvelles que gravite le monde ; il gravite en silence"

Friedrich Nietzsche

 

Georges Palante sur 1libertaire.free

 

CIRET

Centre International de Recherches et Études Transdisciplinaires

 

Site de Dorian Astor

 

Site de Basarab Nicolescu

 

Tiersinclus.fr - Le blog du tiers inclus et de la mésologie

 

L'Inactuelle

Recherche

Intro

 

Le dépassement du nihilisme qui caractérise les temps modernes ne pourra surgir d'un quelconque recours à l'une des idéologies du passé, communisme étatiste, fascismes ou libéralisme, même faussement adaptées aux temps présents, mais d'une pensée véritablement individualiste (et non-libérale) ! Elle pourrait ainsi émerger d'une redéfinition radicale de l'autonomie individuelle et associative, tout comme de notre rapport à l'autre et à nos propres croyances. Une pensée n’est en effet véritablement individualiste que dans la mesure où elle nous permet de faire preuve de réalisme quant aux conditions de notre individualité au monde - comme, donc, de notre humanité - et en cela elle se positionne donc clairement dans le mouvement évolutif de la Connaissance de la connaissance. En somme, notre interprétation de l'individualisme s'inscrit dans une volonté théorique et pratique de faire en sorte que l'individu humain, en vertu de sa singularité, reconquiert son auto-détermination au-delà des vaniteuses certitudes propres à la vie en société. Ma recherche, ma contribution au travers de ce site, s'enthousiasme donc des possibilités progressives infinies dont seraient capables les hommes s'il leur était seulement donné à chacun de pouvoir affirmer son devenir en harmonie avec les autres devenirs individuels, de réacquérir leur pouvoir de créer en reconnaissance des contradictions qui les constituent, qu'il ne s'agit pas d'ignorer ou de vaincre, mais d'équilibrer et d'accorder l'une par l'autre, comme nous l'invitait Proudhon.

La civilisation européenne occidentalisée est aujourd'hui à court d’idées, et plus encore, à court de volonté propre. L'individualisme "aristocratique" nietzschéen, forme particulière de l'individualisme anarchiste sans en être vraiment, devra donc dépasser le blocage actuel de la résignation et de la soumission aux convictions de la Modernité de telle façon à ce que puissent s’affirmer librement les individus en eux-mêmes et en leurs libres associations. C’est par le respect de chacune des singularités humaines et de l’inégalité ontologique qui les met en lien, par la subsidiarité bien comprise, par la justice sans préjugés de classe, et par la consécration d’une nouvelle "aristocratie" du "devoir", que les habitants actuels de l'Europe pourrons reconstruire souverainement une Puissance qui leur sera propre et qui consacrera leur besoin de se soumettre la politique comme l'économique en tant qu’instruments de leur volonté, de leur autonomie et de leur liberté. En cela, ils retrouveront le goût de leur humanisme originel, d'un type "antique" d'humanisme !

Yohann Sparfell

(Individualiste "aristocratique" nietzschéen)

 

"Il convient de savoir que le combat est universel et la lutte justice, et que toutes choses arrivent par opposition et nécessités."

Héraclite

 

HyperNietzsche

 

Expertise & Prospective dans le monde réel

Site de Marc Halévy

Nietzsche Circle

A philosophical community

 

Réseau Intelligence de la Complexité

 

Webdeleuze

 

"Critique de la valeur"

Site de Palim Psao

 

 

"La maturité de l'homme, c'est d'avoir retrouvé le sérieux qu'on avait au jeu quand on était enfant"

Friedrich Niezsche

 

Calendrier Philosophique Nietzschéen