12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 09:42
Nietzsche et le communisme (par Georges Bataille)

 

Nietzsche et le communisme

 

(Extrait de Georges Bataille, La souveraineté, éd. Lignes, 2012, pp. 205-212)

 

 

 

 

La disproportion apparente de Nietzsche et du communisme

 

Entre Nietzsche et le communisme, une disproportion frappe dès l'abord.

Assez généralement, l'oeuvre de Nietzsche exerce une séduction irrésistible, mais cette séduction n'entraîne pas de conséquence. Il en est de ces livres éblouissants comme d'un alcool, qui excite et illumine, mais laisse intacte une manière de penser élémentaire.

Rapportés à une tragédie inconséquente, les problèmes du communisme ont une importance incomparable. N'importe, en un certain sens, si la tragédie met en jeu ce dont la valeur est à mes yeux la plus grande. Mais je ne puis oublier que le communisme seul a posé la question générale.

Le communisme revendique, au nom de chaque être humain, le droit de vivre dont le prive en partie le système juridique en vigueur. Autour de moi, l'intérêt de la masse est en jeu : même à supposer qu'il le soit moins péniblement que ne le fut celui du prolétariat du temps de Marx ou que ne l'est celui des nations défavorisées (comme l'Inde ou la Chine), je connais l'importance des forces que le communisme met en mouvement. Au surplus, le communisme, représenté par des puissances qui occupent dans le monde une place considérable, conteste le droit de vivre à ceux qui bénéficient des avantages de la société bourgeoise, qui en bénéficient par exemple pour écrire. Ainsi le communisme est-il bien le problème qui se pose, de la base, à chacun de nous, qu'il l'accueille ou qu'il le refuse : il lui pose une question de vie ou de mort. À leur fin, les militants disposent non seulement d'un corps de doctrine cohérent, dont la pensée lucide de Marx est le fondement, mais d'une organisation agissante à laquelle la discipline a donné son efficacité exemplaire. De chacun, la soumission doctrinaire aveugle, le dévouement jusqu'à la mort et l'abandon de la volonté individuelle sont attendus, sans la promesse d'une récompense à la mesure de ces sacrifices (la récompense peut même être, pour une partie, cette destruction des uns par les autres qui est la suite des grandes révolutions). C'est que, la cause étant donnée, rien ne compte davantage, pour le partisan d'abord, mais à la fin pour quiconque entre dans la société communiste. L'engagement personnel du partisan découle d'une obligation qui incombe à tous les hommes, mais cette obligation, ce n'est pas l'engagement qui l'a créée. L'indifférence ou l'hostilité n'y change rien : rien n'a plus d'importance dans le monde, pour le neutre ou l'ennemi, n'importe, que l'entreprise communiste. Pour tous les hommes, la conviction des militants lui donne aujourd'hui la valeur exclusive : elle a su mettre en jeu le sort du monde, il n'est rien qui demeure en dehors.

Je suis libre de croire ou de dire de la pensée de Nietzsche qu'en vérité, elle n'importe pas moins, ou qu'elle importe plus, que le communisme. Tout au moins devrais-je alors reconnaître clairement que, faute d'avoir été entendue, cette pensée n'en est pas moins, pour l'instant, comme si elle n'était pas. L'inconséquence de ceux qui lui marquèrent de l'intérêt est l'attitude la plus ordinaire. Je ne parle pas de ceux qui lui vouèrent des études qualifiées, qui s'en débarrassèrent ouvertement. La vie de Nietzsche est envisagée comme un conte, évidemment tragique. La nostalgie naïve d'une mythologie vivante donne sans mal un sens à ce conte : mais cette mythologie n'est guère moins éloignée de la vie du monde actuel que ne le sont les mythes du monde ancien. Le pire est la conséquence que voulurent lui donner des hommes qui utilisaient aux fins de leur ambition une pensée dont l'essence est de n'être pas réductible au service, d'être souveraine. Il leur est aisé de ne pas tenir compte du refus préalable de Nietzsche. Ils le firent avec d'autant plus de désinvolture que Nietzsche mourut sans postérité. Sa pensée mobile, concrète, liée à des conditions historiques, disparut toute entière avec lui. Il trouva des commentateurs, mais ils le traitaient en mort, étendu sur la table de dissection.

 

L'identité de la doctrine de Nietzsche et de celle dont La Part maudite est l'exposé

 

Je suis le seul à me donner, non comme un glossateur de Nietzsche, mais comme étant le même que lui. Non que ma pensée soit toujours fidèle à la sienne : elle s'en écarte souvent, surtout si j'envisage les développements minutieux d'une théorie1. Mais cette pensée se place dans les conditions où celle Nietzsche se plaça. Il n'était rien de souverain que le monde historique lui donnât que Nietzsche pût reconnaître. Il refusait le règne de la chose et la science ne pouvait être à ses yeux la limite et la fin de l'homme, puisque, assumée comme telle, elle assure la subordination de l'esprit à l'objet. Il s'imposait à lui de retrouver la souveraineté perdue. Ces quelques principes exposent en même temps la situation dont la pensée de Nietzsche dépendit et celle où La Part maudite aperçoit un principe de recommencement.

Les communistes sont opposés à ce qui leur semble souverain. Mais, pour Nietzsche, un monde privé de ce que je nomme souverain ne serait plus tolérable. À l'égard de la souveraineté traditionnelle, il eut la même attitude que les communistes. Mais il ne pouvait accepter un monde où l'homme – où chaque homme – serait le moyen et non la fin de quelque entreprise commune. De là l'ironie insultante avec laquelle il s'adresse aux précurseurs du national-socialisme et le refus cassant, mais sans mépris, qu'il opposa à la social-démocratie de son temps, d'où le communisme dérive. Le refus de servir (d'être utile) est le principe de la pensée de Nietzsche, comme il l'est de cet ouvrage. Ce qui écartait Nietzsche de Dieu ou de la morale n'était pas un désir personnel de jouissance, mais une protestation qui s'adressait en même temps à la souveraineté moralisante (asservissante) enlisée dans le christianisme, et à l'ordre de choses où la raison envisagée comme une fin enferme la vie subjective et la pensée.

Si l'on m'entend, la pensée de Nietzsche identifiée à la position de la souveraineté indépendante de ses formes enlisées, telle que voulut la dégager ma longue étude, cesse de paraître, en face du communisme, une excitation malheureuse. Même, il n'y a plus aujourd'hui dans le monde que deux positions recevables. Le communisme, réduisant chaque homme à l'objet (rejetant de cette manière les trompeuses apparences qu'avait assumé le sujet), et l'attitude de Nietzsche – semblable à celle qui ressort de cet ouvrage – libèrent en même temps le sujet des limites que lui opposait le passé et de l'objectivité du présent.

 

La pensée de Nietzsche, celle de Hegel et la mienne

 

Sans doute, l'isolement de deux pensées devant l'ensemble de celles des hommes est bizarre, il semble mal venu, plus voisin d'une provocation que d'une position inévitable. Nous sommes en principe, Nietzsche et moi, deux hommes entre autres, deux « penseurs », pris dans une masse qui encombre l'histoire de la pensée dans le monde bourgeois. Il est commun d'attribuer à Nietzsche une importance de premier plan, mais cette importance est pour ainsi dire suspendue, elle n'est liée à rien, sinon, parfois, aux formes arriérées, nationalistes, de la violence.

Quoi qu'il en soit, il semble arbitraire d'affirmer que seule deux positions coïncident. D'autres hommes affirmèrent leur indépendance, la souveraineté de leur pensée dans un monde où généralement les valeurs sont remises en jeu. Il est banal de faire observer que le « savoir absolu » ne différait pas de Hegel.

Au risque de sembler étroit, même alors que d'autres questions se poseraient, je ne parlerai que du maître de Marx.

L'essentiel de mon intention est donné dans la volonté d'autonomie de Hegel (il s'agit pour Hegel de l'autonomie de la pensée, mais il est impossible pour Hegel de séparer la pensée des autres contenus de ce monde). Le philosophe, associé aux formes dominantes, de la même façon que l'esprit au corps, et dans la même unité, sans conteste, atteint, selon Hegel, l'autonomie que n'atteignait pas le maître (en un sens, dans le langage de Hegel, le souverain) dans le dernier état des choses possibles, le philosophe en effet ne pouvait rien vouloir qui ne soit pas la réalité dominante, celle-ci ne pouvait rien effectuer qui ne réponde à la pensée du philosophe. La différence de ma pensée dialectique et de celle de Hegel est difficile à formuler, puisque la contradiction peut reprendre sans cesse le développement de l'une et de l'autre2. Il n'est rien que je ne suive dans l'ensemble du mouvement que la pensée de Hegel représente à mes yeux. Mais l'autonomie du « savoir absolu » de Hegel est celle du discours se développant dans le temps. Hegel situe la subjectivité non dans l'évanouissement (toujours recommencé) de l'objet, mais dans l'identité que le sujet et l'objet atteignent dans le discours. Mais à la fin, le « savoir absolu », le discours où s'identifient le sujet et l'objet se dissout lui-même dans le RIEN du non-savoir, et la pensée évanouissante du non-savoir est, elle, dans l'instant3. D'un côté, il y a identité du savoir absolu et de cette pensée évanouissante ; d'un autre côté, cette identité ne se retrouve pas dans la vie. Le « savoir absolu » se ferme, alors que le mouvement dont je parle s'ouvre. Partant du « savoir absolu », Hegel ne pouvait éviter que le discours ne s'évanouît, mais il s'évanouissait dans le sommeil4. La pensée évanouissante dont je parle est l'éveil et non le sommeil de la pensée : elle se retrouve dans une égalité – et dans la communication – avec les moments souverains de tous les hommes, dans la mesure où ceux-ci ne veulent pas les prendre pour des choses5

Elle se retrouve surtout dans les moments que précéda la conscience ou la pensée du non-savoir6. Je parle du discours qui entre dans la nuit et que la clarté même achève de plonger dans la nuit (la nuit – c'est le silence définitif). Je parle du discours où la pensée menée à la limite de la pensée exige le sacrifice, ou la mort, de la pensée. C'est selon moi le sens de l'oeuvre et de la vie de Nietzsche. Il s'agit de marquer dans le dédale de la pensée les voies qui mènent, en des mouvements de gaîté violente, à ce lieu de mort où l'excessive beauté appelle la souffrance excessive, où se mêlent enfin tous les cris qui jamais ne seront entendus, et dont l'impuissance, dans l'éveil, est notre magnificence secrète.

Le cri de Nietzsche rappelle le cri qu'à toute force il nous faudrait crier en rêvant et dont nous savons dans notre terreur qu'il n'émet pas de son. C'est néanmoins un cri de joie : c'est le cri de la subjectivité heureuse, que le monde des objets n'abusera plus, et qui se sait réduite à RIEN. Il en procède, au sein d'un apparent désespoir, un mouvement inattendu de malice (c'est la sagesse à laquelle nous pouvons prétendre). Nietzsche en lui-même lia l'intelligible et le sensible et il n'est rien qu'il ait donné comme fin à sa pensée, sinon les moments souverains qui donnent à l'humanité son visage. Aucune cause, aucun engagement ne découlent d'une générosité vide, à laquelle ne se lie aucune attente. Mais Nietzsche est du côté de ceux qui donnent, et sa pensée ne peut être isolé du mouvement qui tenta d'opposer à la bourgeoisie, qui accumule, le recommencement de la vie dans l'instant. Hegel fut d'abord entraîné par le romantisme, mais il le renia et sa rupture l'amena pour finir au soutien de l'État bourgeois (il ne brisait pas de cette manière avec l'idéal révolutionnaire de sa jeunesse, il prenait le parti de l'État bourgeois, des fonctionnaires d'esprit bourgeois, non celui de l'État féodal). Nietzsche lui-même combattit le romantisme, mais la haine de Wagner l'y conduisit : il refusait l'enflure et le manque de rigueur, il mêlait la sécheresse de l'intelligence à la profondeur de la vie sensible, mais il demeura tout entier du côté où le calcul est ignoré : le don de Nietzsche est le don que rien ne limite, c'est le don souverain, celui de la subjectivité7

1Si je m'exprimais un peu longuement sur la volonté de puissance, ma pensée n'apparaîtrait que par un détour dans le prolongement de celle de Nietzsche. Le défaut de Nietzsche est même essentiellement, selon moi, d'avoir mal vu l'opposition de la souveraineté et de la puissance.

2Je ne puis reprendre moi-même en la développant sur un point la pensée de Hegel, ce n'est pas la mienne pour autant (c'est-à-dire : je n'ai pas le droit d'opposer cette pensée, comme une autre pensée, à celle de Hegel). Ainsi Alexandre Kojève ne développe pas une autre pensée que celle de Hegel.

3[« Il existe une disponibilité de l'Unique à l'instant présent qui trouve son expression dans ce que Stirner appelle la dissolution. « Mon rien n'est pas vacuité, mais le Rien créateur, le Rien à partir duquel Je crée tout moi-même, en tant que créateur »(l'Unique et sa propriété, p. 81) » extrait de Tanguy L'Aminot, Max Stirner le philosophe qui s'en va tout seul, L'insomniaque, 2012, p. 96 Note In Limine]

4En un sens, dans le sommeil de l'action qui, par rapport à l'éveil dont je parle, diffère peu du sommeil physiologique ou de la mort.

5C'est-à-dire : en une certaine mesure, mais jamais sans doute d'une manière absolue.

6Le passage du savoir au non-savoir n'est pas un moment de composition, c'est une décomposition de la pensée, partant soit de l'idée classique de dieu, soit de celle de « savoir absolu », c'est l'athéisme, s'opposant à la confiance donnée aveuglément à Dieu, mais sans le recours compensatoire à la confiance donnée aux choses d'une manière bornée, ou le sentiment de l'identité du « savoir-absolu » et de RIEN : Nietzsche seul l'a décrit dans la « lort de Dieu » (Gai savoir, § 125)

7D'autres que Nietzsche ont fait impersonnellement à leurs semblables un même don souverain, qui ne le firent pas dans un mouvement moins nécessaire : ils n'eurent pas non plus moins que lui la force d'assurer la souveraineté de leur don. D'autres même, mieux que lui, surent couper le souffle. Le seul privilège de Nietzsche, qui, du point de vue étroit où je suis placé, importe essentiellement, est qu'à la subjectivité il liait la connaissance et que, pour cette raison, sa pensée est inconciliable avec celles qui occupent le monde (la grossièreté fasciste n'y change rien).

Partager cet article

Repost 0
Published by Max L'Hameunasse - chevalier de Nüllpahrt - dans Autres auteurs

Présentation

  • : In limine
  • In limine
  • : Recherche philosophique et métapolitique intégrée au projet d'une Europe nouvelle des Nations libérée des mensonges néo-libéral et capitaliste, inspirée de penseurs tels F. Nietzsche, P.J. Proudhon, G. Sorel, G. Orwell, S. Weil, A. de Benoist, A. Soral, A. Douguine, etc
  • Contact

Propos pour un "empire" européen, une Grande Europe dans le cadre du projet eurasiste de la multipolarité :

(Une Res publica des régions et nations européennes libérées des projets mondialiste et impérialiste pseudo-eschatologiques !)

Res Publica Europensis

(cliquer pour télécharger le PDF)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Il ne s'agit pas de tuer la liberté individuelle mais de la socialiser

Pierre-Joseph Proudhon

Ce n'est pas autour des inventeurs de fracas nouveaux, c'est autour des inventeurs de valeurs nouvelles que gravite le monde ; il gravite en silence

F. Nietzsche

 

 

Friedrich Nietzsche

 

« La véritable Europe est un accord et non l’unisson. Goethe tient pour toutes les variétés et toutes les différences : l’esprit qui interprète la nature ne peut pas se donner une autre règle ni un autre jugement. Il n’est d’Europe que dans une harmonie assez riche pour contenir et résoudre les dissonances. Mais l’accord d’un seul son, fût-ce à des octaves en nombre infini, n’a aucun sens harmonique. Pour faire une Europe, il faut une France, une Allemagne, une Angleterre, une Espagne, une Irlande, une Suisse, une Italie et le reste. »

« Dans Goethe, l’Europe est une mère aux fils innombrables ; par la voix du poète, elle les invite à se reconnaître. Goethe leur ouvre les yeux ; qu’ils consentent enfin à prendre conscience les uns des autres ; qu’ils aient honte de se calomnier et de se haïr. Goethe, puissant Allemand, n’entend pas que l’Europe soit allemande, ni que la France ou la Chine le devienne. Pour que l’Europe soit vraiment elle-même, il faut que l’Allemagne soit le plus allemande et la France le plus française que faire se pourra : moins le mal, ici et là, moins le mépris, la violence et la haine. »

André Suarès

 

Alexandre Douguine 

 

Ce site se reconnaît dans la proposition de "Quatrième Théorie politique" et dans le projet "eurasiste" pour un monde multipolaire

 

L'Europe est un projet de civilisation ou elle n'est rien. À ce titre, elle implique une certaine idée de l'homme. Cette idée est à mes yeux celle d'une personne autonome et enracinée, rejetant d'un même mouvement l'individualisme et le collectivisme, l'ethnocentrisme et le libéralisme. L'Europe que j'appelle de mes vœux est donc celle du fédéralisme intégral, seul à même de réaliser de manière dialectique le nécessaire équilibre entre l'autonomie et l'union, l'unité et la diversité. C'est sur de telles bases que l'Europe devrait avoir pour ambition d'être à la fois une puissance souveraine capable de défendre ses intérêts spécifiques, un pôle de régulation de la globalisation dans un monde multipolaire, et un projet original de culture et de civilisation.

Alain de Benoist

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 


Organisation Socialiste Révolutionnaire Européenne

 

Égalité & Réconciliation

 

« le désir d’être libre ne procède pas de l’insatisfaction ou du ressentiment, mais d’abord de la capacité d’affirmer et d’aimer, c’est-à-dire de s’attacher à des êtres, à des lieux, à des objets, à des manières de vivre. »  George Orwell

 

Recherche

Intro

 

soldat avec groom_Giorgione

 

« Je ne parle pas pour les faibles. Ceux-ci cherchent à obéir et se précipitent partout vers l'esclavage... j'ai trouvé la force là où on ne la cherche pas, dans les simples hommes doux, sans la moindre inclinaison à dominer." Friedrich Nietzsche

 

Le dépassement du nihilisme qui caractérise les temps modernes ne pourra surgir d'un quelconque recours à l'une des idéologies du passé (communisme, fascisme) ou du présent (libéralisme), mais d'une pensée "conservatrice" qu'il devient aujourd'hui nécessaire de redéfinir. Il pourrait ainsi bien émerger d'une redéfinition radicale de l'autonomie individuelle et collective en Europe, et d'une réflexion renouvelée de ce qui fait l'homme, de l'alliance inaliénable de la transcendance et de l'immanence. Le devenir de l'être se situe dans l'éternel présent de cette dialectique à redéfinir, ainsi que dans une éternelle rencontre du passé et du futur, non dans un « autre monde possible », un idéal abstrait et prétendument plus vrai que le réel.

 

"On a pris ainsi longtemps le dessin pour l'ébauche d'une oeuvre qui, une fois achevée, le renvoyait à l'oubli et au néant. On sait que c'est faux : le dessin est déjà toute l'oeuvre, il n'y en a pas d'autre." Jean Baudrillard, Le miroir de la production, note 20 p. 143, 1973

 

Je suis animé du désir vivant et dissident de porter aussi loin que possible le coup du glaive dans le tréfonds de l'ordre moral trois fois centenaire, mais surtout aujourd'hui issu d'une subversion de la pensée européenne multimillénaire nous ayant donné à songer que nous puissions nous prendre pour des dieux. Les Lumières nous ont-elles trahis, ou aurions-nous trahi les Lumières ? Ou n'est-ce la pensée qui se serait trahie elle-même ? Si l'homme ne peut se passer de croyance, au moins a-t-il en cette époque submergée par de vaniteuses certitudes à son propos déposé dans les hauteurs du Royaume Celeste, vidé, la croyance en sa toute puissance. Mais à se croire tout-puissant, l'on en vient par la suite à se nier, à se mépriser, car "on" en oublie jusqu'à notre âme, en oubliant nos racines. Dans notre monde post-moderne, nous ne donnons à la vie que la possibilité de sa propre négation en voulant la protéger d'elle-même par la voie (ou la voix, appauvrie, du langage SMS) des idéalismes et des dogmes attachés aux antiennes de la "sainte" parole ultra-libérale.  


Il s'agit donc de comprendre que nos pensées ne sont pas neutres et que nous ne saurions nous élever sans "prendre le risque" d'avoir la conscience de ce qui fonde les supposées vertus de celles-ci : nos convictions, et ce sur quoi elles sont fondées ! L'émancipation ne peut advenir sans ce courage, cette probité, intellectuelle, sans tomber pour autant dans "l'intellectualisme" et la posture théorique. Réapprendre à penser, réapprendre à se poser et à "voir", à "lire", c'est aussi réapprendre à orienter nos pensées vers l'Être... à ne plus oublier l'Être... donc à ne plus omettre que, en tant qu'hommes, nous sommes éternellement redevables de ce qui nous fonde et nous élève.

 

Car nous sommes détenteurs, et passeurs, de la Tradition (traditio, de tradere : trans - à travers - et dare - donner) pour la continuité et pour l'avenir de laquelle s'érige face à nous, hommes conscients, socialistes conservateurs-révolutionnaires européens, héritiers des mouvements sociaux du passé, l'obligation de repenser le social, et le socialisme (de socius, ensemble, associés) à la Lumière de l'Impératif vital : promouvoir une restructuration organique et holistique, symbiotique, selon un schéma fédératif, des énergies humaines, tant économiques que culturelles et politiques, en France puis en Europe afin de retrouver la pleine puissance et maîtrise de nos agir, notre souveraineté nationale et civilisationnelle !

 

Yohann Sparfell

(partisan du socialisme révolutionnaire européen et de l'eurasisme, catholique enraciné dans sa patrie !)

 

 

Site de la revue Éléments

Blog de la revue Éléments

 

Site de la revue Rebellion et de l'OSRE

 

Site de la Revue KRISIS

 

Vladimir Poutine, le pour et le contre

Par Alexandre Douguine, éditions Ars Magna

 

Liens

George Orwell

Site sur George Orwell

Bolivar infos

Site d'information et de solidarité avec Cuba, le Venezuela et les pays progressistes d'Amérique Latine

Michel Maffesoli

Site du sociologue Michel Maffesoli

Europe Solidaire

Pour une Europe intelligente - Solidarité et puissance

Donbass !

"Le jour où le cœur de l'Europe s'est remis à battre"

Enlace zapatista

Site sur l'EZLN et le Congrès National Indigène

Actualité Africaine

Blog de Bernard Lugan

Bonne nouvelle à l'élite des élus !

Site sur F. Nietzsche

Hommage à Nietzsche

Site sur F. Nietzsche

Société P.J. Proudhon

Site de la Société Pierre-Joseph Proudhon

Thibault Isabel

Blog du philosophe et écrivain Thibault Isabel

La Revue du M.A.U.S.S.

Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales

Revue Mille neuf cent

Site d'études sur Georges Sorel

Johannes Althusius

Site (en allemand et anglais) sur Althusius

Charles Robin, essayiste

Site de Charles Robin

David L'Épée, intellectuel indépendant

Blog de David L'Épée

Métapo Infos

Actualité du combat culturelle et métapolitique

Chroniques du Grand jeu

La géopolitiques autrement, pour mieux la comprendre

Réseau international

Site de réflexion et de réinformation

Paul Matilion

Site Paul Matilion

Mondialisation.ca

Centre de recherche sur la mondialisation

Le Saker Francophone

Les humbles veillent !

Jean Borella

Site sur J. Borella

Philosophie et politique

Site personnel de Denis Collin

LP-UMOJA

Site de la Ligue Panafricaine - Umoja

Permaculture.fr

Portail de la permaculture française

Et vous n'avez encore rien vu...

Critique de la science et du scientisme moderne

Association Castoriadis

Site sur Cornélius Castoriadis

Voltaire-net.org

Site du Réseau Voltaire

Europalestine.com

Site du CAPJPO - EuroPalestine

ssnp.com

Site du Syrian Social Nationalist Party

Parousia

"Que l'homme assoiffé s'approche"

Journal of Eurasian Affairs

Issued by International Eurasian Movement
 

Géopolitica.ru

Carthago delenda est !

 

"Le comptoir d'un café est le parlement du peuple" Honoré de Balzac

 

Think tank Katehon

 

Le Socle

 

Association des amis d'Alain de Benoist

“Contrairement aux allégations de Samuel Huntington, l'orthodoxie ne représentera pas, à l'heure des retrouvailles grand-continentale eurasiatiques des nôtres, une ligne de rupture infranchissable: au contraire, la mobilisation trancendentale de l'ethos européen abyssal provoquée par la tentative américaine d'assujettissement du Grand Continent fera que l'Europe catholique de l'Ouest et que l'Europe orthodoxe de l'Est y retrouveront, providentiellement, l'unité antérieure d'une même foi et d'un même destin. Unité impériale, foi impériale et destin impérial, encore une fois et, cette foi-ci, définitivement.”

Jean Parvulesco

 

Philitt - Philosophie, littérature, cinéma

 

Pierre-Joseph Proudhon

 

Révolution Conservatrice !

 

 

"Il n'y a pas de pensées dangereuses, penser est en soi-même dangereux"

Hannah Arendt