10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 18:59
Serment du jeu de paume – Jacques-Louis David

Serment du jeu de paume – Jacques-Louis David

« Nietzsche haïssait la démocratie et rêvait d'une société aristocratique. »

 

(Tiré de Patrick Wotling, Nietzsche, coll. Idées reçues, éd. Le Cavalier Bleu, 2009)

 

 

 

Le problème politique chez Nietzsche est généralement posé en des termes extrêmement simplificateurs. Le premier élément qui saute aux yeux dans le corpus nietzschéen est la critique globale de la politique au sens commun du terme. Et à cet égard, aucune tendance n'est épargnée, pas plus celles qui relèvent du conservatisme, du nationalisme, ou des droites que celles qui s'y opposent, courants socialistes ou mouvements révolutionnaires. Il apparaît donc assez clairement qu'il est vain de prétendre rattacher Nietzsche à tel ou tel courant politique, contemporain ou ultérieur – ce que l'on ne s'est cependant pas privé de faire. Ses analyses ne s'inscrivent pas dans les cadres classiques de la philosophie politique, et ses interrogations sur l'idéal démocratique n'ont pas pour contrepartie la défense d'un autre type d'organisation, monarchie, monarchie constitutionnelle ou régime aristocratique, ni d'un autre fondement de la souveraineté.

 

L'appréciation de la démocratie offre d'ailleurs chez Nietzsche, comme c'est le cas de la plupart des questions qu'il aborde, un ensemble d'appréciations complexe, mêlant critiques et éloges. La première chose à souligner est qu'il considère la marche de la démocratie comme un fait, et n'en appelle jamais à la combattre et encore moins à la renverser : « On n'arrêtera pas la démocratisation de l'Europe ; qui lui résiste a justement besoin pour cela des moyens que l'idée démocratique fut la première à mettre entre les mains de tout le monde, et rend ces moyens eux-mêmes plus maniables et efficients ; et les adversaires les plus radicaux de la démocratie (je veux dire les esprits révolutionnaires) ne semblent être là que pour pousser de plus en plus rapidement, par la crainte qu'ils suscitent, les différents partis dans la voie démocratique. » (Humain, trop humain II, « Le voyageur et son ombre », § 275) Il s'agit pour le philosophe d'analyser et d'interpréter ce fait. Et la particularité de Nietzsche tient à ce qu'il ne le fait pas sur le terrain politique, mais dans la perspective de l'analyse des valeurs et de « l'élévation du type « homme », du « continuel dépassement de soi de l'homme » (Par-delà bien et mal, § 257). L'enquête généalogique, premier axe de l'investigation, conduit à remarquer que « le mouvement démocratique constitue l'héritage du mouvement chrétien » (Par-delà bien et mal, § 202), et tel est le fondement de la critique que construit le philosophe. Ce sont les mêmes idéaux, moraux, ascétiques, et égalitaristes, qui se traduisent en institutions et cadres sociaux ; mais surtout, ce qui est plus important, derrière ces idéaux, ce sont les mêmes pulsions qui sont à l'oeuvre : l'égalitarisme résultant ici non d'une passion généreuse mais tout au contraire d'une pulsion de haine viscérale à l'égard des types d'hommes les plus puissants, c'est-à-dire incarnant la réussite et la santé, donc l'accord avec les exigences de la vie elle-même ; contre ces individus qui représentent un haut degré d'épanouissement, ce sont le ressentiment et la volonté de vengeance qui s'expriment, comme c'était le cas dans le renversement des valeurs nobles opéré par le christianisme primitif. C'est donc bien la présence de ces affects négatifs, destructeurs, signes d'une forme de vie maladive, propageant le nihilisme, qui pousse Nietzsche à considérer l'idéal d'égalité des droits comme une présentation déguisée de la haine pour toute forme de hiérarchie. Et c'est ce qui explique ses propos les plus durs à l'encontre de la démocratie : « Nous qui tenons le mouvement démocratique non seulement pour une forme de décadence de l'organisation politique, mais pour une forme de décadence, c'est-à-dire de rapetissement de l'homme, pour sa médiocrisation et l'abaissement de sa valeur... » (Par-delà bien et mal, § 203.) Dans ce mouvement, il diagnostique de la même manière cette autre caractéristique du christianisme qu'est une forme de haine et de souffrance, dimension pourtant inévitable de toute vie, qui conduit à survaloriser de manière exclusive la pitié, et à concevoir comme visée politique fondamentale le bonheur du plus grand nombre.

 

Mais simultanément, une appréciation positive, peu remarquée, côtoie les critiques, en particulier la valeur de rempart contre le despotisme et l'arbitraire : « Les institutions démocratiques sont des mesures de quarantaine contre la vielle peste des appétits tyranniques, et comme telles très utiles et très ennuyeuses. » (Humain, trop humain II, « Le voyageur et son ombre », § 289.) Plus important, l'analyse attentive montre que l'idée que Nietzsche se fait de la démocratie l'associe à la valorisation de l'indépendance, hautement célébrée comme la plus précieuse des vertus, essentielle en particulier pour le philosophe à l'esprit libre : son but est de « garantir l'indépendance au plus grand nombre possible, l'indépendance des opinions, du genre de vie et de gagne-pain » (Humain, trop humain II, « Le voyageur et son ombre », § 293) ; et avec des accents qui ne sont certes pas ceux que le préjugé ordinaire prête au philosophe, Nietzsche présente comme une conséquence de cette logique la nécessité de restreindre le droit de vote qui doit être interdit aux indigents et aux plus riches. Il précise que cette politique au service de l'indépendance n'est pas encore réalisée, et que la démocratie reste un idéal. Il convient donc selon Nietzsche d'en distinguer deux formes : « Je parle de la démocratie comme de quelque chose encore à venir. Ce qui porte déjà ce nom aujourd'hui ne se distingue des anciennes formes de gouvernement que par de nouveaux chevaux qu'on a attelés : les routes sont restées les mêmes qu'autrefois, et les roues sont aussi les vieilles. - Le danger est-il réellement moindre avec ces véhicules actuels du bien-être des peuples ? (Humain, trop humain II, « Le voyageur et son ombre », § 293.)

 

Mais quant à la réalité de la politique, contemporaine ou antérieure, le jugement de Nietzsche n'épargne aucune tendance ; il critique ainsi la captation de la politique par les partis, antithèses de l'indépendance, portés en outre à la démagogie : « Le caractère démagogique et le dessein d'agir sur les masses sont actuellement communs à tous les partis politiques. » (Humain, trop humain I, § 438). Leurs ressorts profonds indiquent d'ailleurs une connivence dans la comédie qui relativise l'importance des différences de doctrine, et pousse Nietzsche à condamner cette pratique comme « prostitution de l'esprit » : « Les deux partis adverses, le parti socialiste et le parti national (quelque nom qu'ils puissent d'ailleurs avoir dans les divers pays d'Europe), sont dignes l'un de l'autre : l'envie et la paresse sont les puissances motrices de l'un comme de l'autre. » (Humain, trop humain I, § 480). Si le socialisme, terme auquel Nietzsche donne un sens assez flou du fait du champ extrêmement large qu'il lui fait couvrir, représente l'exacerbation des tendances héritées du christianisme, il condamne la vision romantique superficielle qui anime le conservatisme en lui faisant croire à la possibilité d'une régression (voir par exemple Fragments posthumes XIV, 15 [97]). Et surtout, il tient sur le compte de l'institution dynastique et des aristocraties de son temps des propos d'une dureté dont il faut remarquer, n'en déplaise aux détracteurs, qu'elle est sans équivalent pour la démocratie : « Ce n'est qu'en stigmatisant la folie criminelle que je stigmatise toujours les deux plus abominables institutions dont l'Humanité souffre jusqu'à présent, les vraies institutions mortellement ennemies de la vie : l'institution dynastique, qui se repaît du sang des plus forts, des plus accomplis et dominateurs, et l'institution sacerdotale, qui essaie d'emblée, avec une atroce perfidie, de détruire justement ces mêmes hommes, les plus forts, les plus accomplis et dominateurs. […] je veux ici être juge et mettre un terme à tous ces millénaires marqués par la folie criminelle des dynasties et des prêtres... » (Fragments posthumes XIV, 25 [15]).

 

On peut considérer Nietzsche comme essentiellement apolitique. Quand il dessine le projet d'une « grande politique », dont on a vu qu'elle ne devait pas être confondue avec les ambitions hégémoniques de l'Empire et de Bismark, il entend par là tout autre chose que ce que désigne couramment le mot de « politique » : à savoir un effort de neutralisation des valeurs nihilistes qui conduisent l'humanité à vouloir le néant, et la mise en place de valeurs affirmatrices, propres à intensifier la vie et élever la valeur de l'homme.

« Nietzsche haïssait la démocratie et rêvait d'une société aristocratique. » (P. Wotling)

Partager cet article

Repost 0
Published by Yohann Sparfell - chevalier de Nüllpahrt - dans Autres auteurs

Présentation

  • : In limine
  • In limine
  • : Recherche "aristocratique" philosophique et métapolitique intégrée au projet d'une Europe Nouvelle de type impérial post-libéral, inspirée de penseurs tels J. Althusius, F. Nietzsche, P.J. Proudhon, G. Sorel, O. Spengler, J. Evola, S. Weil, E. Jünger, A. de Benoist, A. Douguine, etc
  • Contact

Propos pour un "Empire" européen

(Une Grande Europe de la Spiritualité et de la Puissance !)

Res Publica Europensis

(cliquer pour télécharger le PDF)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Il ne s'agit pas de tuer la liberté individuelle mais de la socialiser

Pierre-Joseph Proudhon

Ce n'est pas autour des inventeurs de fracas nouveaux, c'est autour des inventeurs de valeurs nouvelles que gravite le monde ; il gravite en silence

F. Nietzsche

 

 

Friedrich Nietzsche

 

« La véritable Europe est un accord et non l’unisson. Goethe tient pour toutes les variétés et toutes les différences : l’esprit qui interprète la nature ne peut pas se donner une autre règle ni un autre jugement. Il n’est d’Europe que dans une harmonie assez riche pour contenir et résoudre les dissonances. Mais l’accord d’un seul son, fût-ce à des octaves en nombre infini, n’a aucun sens harmonique. Pour faire une Europe, il faut une France, une Allemagne, une Angleterre, une Espagne, une Irlande, une Suisse, une Italie et le reste. »

« Dans Goethe, l’Europe est une mère aux fils innombrables ; par la voix du poète, elle les invite à se reconnaître. Goethe leur ouvre les yeux ; qu’ils consentent enfin à prendre conscience les uns des autres ; qu’ils aient honte de se calomnier et de se haïr. Goethe, puissant Allemand, n’entend pas que l’Europe soit allemande, ni que la France ou la Chine le devienne. Pour que l’Europe soit vraiment elle-même, il faut que l’Allemagne soit le plus allemande et la France le plus française que faire se pourra : moins le mal, ici et là, moins le mépris, la violence et la haine. »

André Suarès

 

"Minuit" de Vincent Vauclin

 

L'Europe est un projet de civilisation ou elle n'est rien. À ce titre, elle implique une certaine idée de l'homme. Cette idée est à mes yeux celle d'une personne autonome et enracinée, rejetant d'un même mouvement l'individualisme et le collectivisme, l'ethnocentrisme et le libéralisme. L'Europe que j'appelle de mes vœux est donc celle du fédéralisme intégral, seul à même de réaliser de manière dialectique le nécessaire équilibre entre l'autonomie et l'union, l'unité et la diversité. C'est sur de telles bases que l'Europe devrait avoir pour ambition d'être à la fois une puissance souveraine capable de défendre ses intérêts spécifiques, un pôle de régulation de la globalisation dans un monde multipolaire, et un projet original de culture et de civilisation.

Alain de Benoist

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 


Organisation Socialiste Révolutionnaire Européenne

 

Site du Think-Tank EurHope

 

 

« le désir d’être libre ne procède pas de l’insatisfaction ou du ressentiment, mais d’abord de la capacité d’affirmer et d’aimer, c’est-à-dire de s’attacher à des êtres, à des lieux, à des objets, à des manières de vivre. »  George Orwell

 

 

Recherche

Intro

 

soldat avec groom_Giorgione

 

« Je ne parle pas pour les faibles. Ceux-ci cherchent à obéir et se précipitent partout vers l'esclavage... j'ai trouvé la force là où on ne la cherche pas, dans les simples hommes doux, sans la moindre inclinaison à dominer." Friedrich Nietzsche

 

Le dépassement du nihilisme qui caractérise les temps modernes ne pourra surgir d'un quelconque recours à l'une des idéologies du passé (communisme, fascisme) ou du présent (libéralisme), mais d'une pensée "conservatrice" qu'il devient aujourd'hui nécessaire de redéfinir. Il pourrait ainsi bien émerger d'une redéfinition radicale de l'autonomie individuelle et collective en Europe, et d'une réflexion renouvelée de ce qui fait l'homme, de l'alliance inaliénable de la transcendance et de l'immanence. Le devenir de l'être se situe dans l'éternel présent de cette dialectique à redéfinir, ainsi que dans une éternelle rencontre du passé et du futur, non dans un « autre monde possible », un idéal abstrait et prétendument plus vrai que le réel.

 

"On a pris ainsi longtemps le dessin pour l'ébauche d'une oeuvre qui, une fois achevée, le renvoyait à l'oubli et au néant. On sait que c'est faux : le dessin est déjà toute l'oeuvre, il n'y en a pas d'autre." Jean Baudrillard, Le miroir de la production, note 20 p. 143, 1973

 

Je suis animé du désir vivant et dissident de porter aussi loin que possible le coup du glaive dans le tréfonds de l'ordre moral trois fois centenaire, mais surtout aujourd'hui issu d'une subversion de la pensée européenne multimillénaire nous ayant donné à songer que nous puissions nous prendre pour des dieux. Les Lumières nous ont-elles trahis, ou aurions-nous trahi les Lumières ? Ou n'est-ce la pensée qui se serait trahie elle-même ? Si l'homme ne peut se passer de croyance, au moins a-t-il en cette époque submergée par de vaniteuses certitudes à son propos déposé dans les hauteurs du Royaume Celeste, vidé, la croyance en sa toute puissance. Mais à se croire tout-puissant, l'on en vient par la suite à se nier, à se mépriser, car "on" en oublie jusqu'à notre âme, en oubliant nos racines. Dans notre monde post-moderne, nous ne donnons à la vie que la possibilité de sa propre négation en voulant la protéger d'elle-même par la voie (ou la voix, appauvrie, du langage SMS) des idéalismes et des dogmes attachés aux antiennes de la "sainte" parole ultra-libérale.  


Il s'agit donc de comprendre que nos pensées ne sont pas neutres et que nous ne saurions nous élever sans "prendre le risque" d'avoir la conscience de ce qui fonde les supposées vertus de celles-ci : nos convictions, et ce sur quoi elles sont fondées ! L'émancipation ne peut advenir sans ce courage, cette probité, intellectuelle, sans tomber pour autant dans "l'intellectualisme" et la posture théorique. Réapprendre à penser, réapprendre à se poser et à "voir", à "lire", c'est aussi réapprendre à orienter nos pensées vers l'Être... à ne plus oublier l'Être... donc à ne plus omettre que, en tant qu'hommes, nous sommes éternellement redevables de ce qui nous fonde et nous élève.

 

Car nous sommes détenteurs, et passeurs, de la Tradition (traditio, de tradere : trans - à travers - et dare - donner) pour la continuité et pour l'avenir de laquelle s'érige face à nous, hommes conscients, socialistes conservateurs-révolutionnaires européens, héritiers des mouvements sociaux du passé, l'obligation de repenser le social, et le socialisme (de socius, ensemble, associés) à la Lumière de l'Impératif vital : promouvoir une restructuration organique et holistique, symbiotique, selon un schéma fédératif, des énergies humaines, tant économiques que culturelles et politiques, en France puis en Europe afin de retrouver la pleine puissance et maîtrise de nos agir, notre souveraineté nationale et civilisationnelle !

 

Yohann Sparfell

(partisan du socialisme conservateur-révolutionnaire européen, pagano-catholique enraciné dans sa patrie !)

 

Le coin des revues :

 

Site de la revue Éléments

Blog de la revue Éléments

 

Site de la revue Rebellion et de l'OSRE

 

Site de la revue Réfléchir & Agir

 

Site de la revue bretonne War Raok

 

Liens

George Orwell

Site sur George Orwell

Gabriele Adinolfi

Site de Gabriele Adinolfi

Jean Mabire

Site de l'Association des Amis de Jean Mabire

Michel Maffesoli

Site du sociologue Michel Maffesoli

Europe Solidaire

Pour une Europe intelligente - Solidarité et puissance

Bonne nouvelle à l'élite des élus !

Site sur F. Nietzsche

Hommage à Nietzsche

Site sur F. Nietzsche

Société P.J. Proudhon

Site de la Société Pierre-Joseph Proudhon

Thibault Isabel

Blog du philosophe et écrivain Thibault Isabel

La Revue du M.A.U.S.S.

Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales

Revue Mille neuf cent

Site d'études sur Georges Sorel

Johannes Althusius

Site (en allemand et anglais) sur Althusius

Charles Robin, essayiste

Site de Charles Robin

Métapo Infos

Actualité du combat culturelle et métapolitique

Chroniques du Grand jeu

La géopolitiques autrement, pour mieux la comprendre

Réseau international

Site de réflexion et de réinformation

Paul Matilion

Site Paul Matilion

Mondialisation.ca

Centre de recherche sur la mondialisation

Le Saker Francophone

Les humbles veillent !

Jean Borella

Site sur J. Borella

LP-UMOJA

Site de la Ligue Panafricaine - Umoja

Et vous n'avez encore rien vu...

Critique de la science et du scientisme moderne

Association Castoriadis

Site sur Cornélius Castoriadis

Voltaire-net.org

Site du Réseau Voltaire

ssnp.com

Site du Syrian Social Nationalist Party

Parousia

"Que l'homme assoiffé s'approche"

Traditionalists

A Blog for the study of Traditionalism and the Traditionalists

Bastion Social

Autonomie - Identité - Justice sociale
 

 

Europe Maxima / Spiritualité, Puissance, Identités

 

Site de Dominique Venner

 

Front de la contre-subversion

 

Le Socle

 

Association des amis d'Alain de Benoist

 

 

"Il n'y a pas de pensées dangereuses, penser est en soi-même dangereux"

Hannah Arendt