4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 19:21
Un marché de poissons – C. de Vos

Un marché de poissons – C. de Vos

Valeur éthique de l'autarcie

 

 

Par Julius Evola

 

 

Ce texte de 1938 est paru dans l'ouvrage Essais politiques, éditions Pardès 1988, Puiseaux, pp. 189-194

 

 

À notre époque, il arrive souvent que la force des circonstances et des « causes positives », ces dernières étant tenues en si grand compte dans de nombreux milieux, finissent pas provoquer des situations qui, en apparence, ne tirent leur sens que d'elles-mêmes, mais qui, pour un regard plus aigu, sont susceptibles d'incarner aussi une valeur plus haute et d s'élever ainsi au-dessus de l'ordre de la pure contingence.

C'est de manière tout à fait intentionnelle que nous avons utilisé le mot « susceptibles », car nous voulions indiquer par là le caractère de « possibilité », et non de nécessité, propre à cette signification supérieure. Les cas sont nombreux où le destin nous offre quelque chose, sans que nous nous en apercevions et sans que nous sachions en profiter. Et dans d'autres cas tout aussi nombreux, qu'il s'agisse de l'existence individuelle ou de la vie collective, la force des choses agit comme cet éleveur qui, tout en ayant une véritable affection pour un nouveau cheval, était contraint de le fouetter régulièrement, car ce dernier ne le comprenait pas, accomplissant avec diligence toutes les parties de l'exercice, mais s'arrêtant toujours devant le dernier obstacle, qu'il aurait pu aisément franchir, avec un petit effort, s'il avait compris. À une époque où le regard est hypnotiquement fixé sur le plan matériel, celui de la « réalité positive », des cas douloureux de ce genre se vérifient très fréquemment : on reçoit des « coups » de tous les côtés, sans réussir à comprendre et à suivre la juste orientation. Les « leçons de l'expérience » servent à accumuler laborieusement des faits, à les relier les uns aux autres de diverses façons en fonction de nos buts pratiques ; ils ne servent pas à nous faire saisir un sens, ils ne servent pas à nous réveiller et à nous mener, réveillés, vers la bonne réaction.

La fameuse formule : « l'économie, c'est notre destin », n'est que le triste signe d'une époque, malheureusement non encore disparue entièrement. Fausseté évidente à toute époque normale de l'histoire et de la civilisation, ce principe est devenu vrai après que l'homme eu détruit, l'une après l'autre, toutes les valeurs traditionnelles et tous les points de référence supérieurs, qui présidaient auparavant à ses décisions et à ses actions. La toute-puissance de l'économie n'est que le signe d'une abdication, de même que, dans les phénomènes d'hypnose, la toute-puissance des automatismes psychophysiques a pour présupposé la suspension des facultés conscientes et, en général, de la personnalité.

Naturellement, ce principe, en tant que formule, a été surmonté de nos jours, du moins parmi les courants de droite. Selon le mot de Mussolini, « le fascisme croit encore et toujours aux actes où aucun motif économique, proche ou lointain, n'intervient », et refuse d'admettre que les évolutions de l'économie, à elles seules, à l'exclusion de tous les autres facteurs, suffisent à expliquer toute l'histoire. Une autre formule connue dit que la reconnaissance du pouvoir de l'économie doit aller de pair avec ceci : l'homme n'est pas l'objet, mais le sujet de l'économie. Tout cela est évident, intuitif, naturel. C'est la vue opposée qui présente tous les caractères d'une véritable anomalie idéologique.

Cela, en théorie. En pratique, les choses malheureusement se passent autrement, car « les esprits évoquées, tu ne les éloigneras pas si facilement », comme nous en avertissait déjà Goethe. Ainsi, tandis que, d'un côté, nous ne pouvons que condamner les principes du renouveau idéaliste, de l'autre, nous sommes souvent contraints de prendre en compte des nécessités pratiques bien précises, et c'est là un engagement tout aussi sacré pour quiconque ne veut pas couper sa nation de la réalité et la mener, à brève échéance, à la ruine. L'aspect le plus tragique d'un tel dualisme, c'est qu'il peut dégénérer dans une véritable antinomie : on est parfois obligé de taire momentanément l'idée ou de la faire attendre, au nom de conjonctures de forces économiques, financières, commerciales exigées par les intérêts les plus fondamentaux de la nation. Idée et réalité ne cheminent donc pas toujours parallèlement dans la politique contemporaine ; chose indifférente, lorsque l'idée est pure simulacre, simple mythe, subordonné à Mammon ; chose grave, en revanche, lorsqu'elle vraiment idée.

Quiconque examine le déroulement des toutes dernières années peut se convaincre que l'autarcie, plus qu'un principe, est la conséquence nécessaire d'une certaine situation générale politico-économique. Pour beaucoup, elle représente aujourd'hui encore un véritable scandale, ce qu'il peut y avoir de plus irrationnel : la rationalité étant vue, par ces gens-là, dans la « répartition du travail », dans un échange avec une marge de liberté suffisante, à partir d'une péréquation des douanes. C'est chose absurde, nous dit-on, de constituer dès le départ un système selon lequel certains peuples sont obligés d'imaginer toutes sortes de ressources et de se serrer la ceinture pour vivre « en autarcie », tandis que d'autres sont frappés par leur richesse même. Il s'ensuit qu'on voit dans l'autarcie une « créature de nécessité », déterminée par l'intervention violente et intentionnelle de la politique dans l'économie.

La facilité avec laquelle un tel point de vue, aux indubitables relents matérialistes, peut être renversé est, en vérité, étonnante. On peut en effet se demander si le système opposé à l'autarcie, celui réputé libre, serait « rationnel » et « sensé », lui qui ne serait autre que le système où le fait brut d'une certaine puissance économique supérieure de quelques peuples – puissance fondée, surtout, sur la possession de matières premières – enfermerait dans le filet insécable d'une dépendance passive d'autres peuples, à travers, précisément, la « fatalité » et la « rationalité » du processus économique « normal ». D'un point de vue supérieur, ce serait très exactement le plus répugnant des illogismes : un assujettissement plus brutal que celui d'une quelconque tyrannie personnalisée.

Les peuples qui refusent aujourd'hui de se laisser prendre dans les rouages d'un tel engrenage et qui ont adopté l'autarcie comme principe, sont des peuples déjà éveillés à quelque chose de spirituel, des peuples qui font preuve se sensibilité pour des valeurs non purement réductibles à celle du ventre et de ce qui en dépend : et ceci est déjà le commencement d'une libération. Si c'est la nécessité qui les a conduits à cette situation (et nous devons faire rentrer aussi dans la nécessité tout ce qui se rapporte à la seule et réaliste politique), il faut reconnaître que la nécessité, dans ce cas, a rempli, précisément, cette fonction providentielle dont nous parlions au début, et qu'il suffit de faire un pas de plus pour s'élever, par une juste réaction, à une conscience effectivement spirituelle.

« Autarcie » signifie, étymologiquement, « avoir son propre principe en soi-même ». Seul est libre – disaient les Anciens – celui qui a en lui-même son propre principe. Toute la question converge sur le sens de cette liberté. Les interprétations courantes sont connues : elles reposent sur le domaine financier, d'un côté, sur le domaine militaire, de l'autre. L'autarcie économique nous garantit une marge de liberté envers la politique monétaire, nous permet de fixer et de défendre notre monnaie. Sans l'indépendance économique, la conduite d'une guerre moderne est gravement compromise, elle se ramène à quelque chose de semblable à un jeu de hasard qui réussit sur le coup (à brève échéance), ou qui mène à la ruine, l'équipement technico-militaire réclamé par une guerre moderne ne pouvant s'alimenter de lui-même, même si l'on fait abstraction d'un possible blocus.

Ce sont deux excellentes raisons. Mais l'on oublie la troisième, la plus importante, à notre avis. L'autarcie à la valeur d'un principe, au sens le plus élevé du terme, parce qu'elle est la conditio sine qua non d'une liberté des alliances et des inimitiés sur une base non matérialiste (réaliste), mais éthique. Il est en effet évident que plus une nation réussira à vivre en autarcie sur le plan économique, plus elle sera capable de suivre une idée, voire un idéal, dans toute sa politique étrangère ; autrement dit, plus grande sera sa faculté de désigner l'ami ou l'ennemi indépendamment de l'occasion la plus triviale et de la nécessité la plus brutale. Les nations autarciques seraient donc les seules en mesure de former des fronts justifiés par de vrais principes, par des affinités idéales et spirituelles, plutôt que par une simple et changeante convergence d'intérêts. Une chose, certes, n'exclut pas l'autre, et la condition idéale serait incontestablement atteinte si une coïncidence des deux plans se vérifiait. Dans tous les cas de coïncidence imparfaite, contrairement à l'époque sournoise du matérialisme et de l'économisme, dont nous sommes en train de nous arracher, et qui était caractérisée par une subordination cynique, froide et immédiate de l'idée à l'intérêt, l'époque nouvelle, si elle ne se trahit pas elle-même et si elle doit vraiment mériter d'être appelée nouvelle, sera caractérisée par le principe opposé, c'est-à-dire par une décision active des nations, une décision venant d'en haut, sur la base des possibilités d'indépendance et de mobilité qui dérivent du degré maximal d'autarcie sensément réalisable dans chacune d'elles.

Le jour où l'on parviendra à cela, le côté positif de l'autarcie apparaîtra pleinement. Et si dans un premier temps ce principe nous a pratiquement été imposé de l'extérieur et a exigé de nous effort et discipline, la nouvelle attitude nous permettra de juger la chose d'un point de vue bien différent : la coercition exercée par l' « histoire » sera comprise comme le seul moyen qui était à disposition pour conférer à un instinct supérieur, encore inconscient de soi, un premier sens de la bonne direction.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yohann Sparfell - chevalier de Bretagne - dans Autres auteurs

Présentation

  • : In limine
  • In limine
  • : Recherche philosophique et métapolitique, mise en œuvre "aristocratique" de la pensée, d'un socialisme conservateur-révolutionnaire européen inspirée de J. Althusius, F. Nietzsche, P.J. Proudhon, G. Sorel, G. Landauer, E. Jûnger, G. Orwell, S. Weil, C Preve, J. Clark, A. de Benoist, etc... Membre de l'Organisation Socialiste Révolutionnaire Européenne.
  • Contact

Pour un "empire" socialiste européen !

Res Publica Europensis

(cliquer pour télécharger le PDF)

 

Il ne s'agit pas de tuer la liberté individuelle mais de la socialiser

Pierre-Joseph Proudhon

Ce n'est pas autour des inventeurs de fracas nouveaux, c'est autour des inventeurs de valeurs nouvelles que gravite le monde ; il gravite en silence

F. Nietzsche

 

 

Friedrich Nietzsche

 

« La véritable Europe est un accord et non l’unisson. Goethe tient pour toutes les variétés et toutes les différences : l’esprit qui interprète la nature ne peut pas se donner une autre règle ni un autre jugement. Il n’est d’Europe que dans une harmonie assez riche pour contenir et résoudre les dissonances. Mais l’accord d’un seul son, fût-ce à des octaves en nombre infini, n’a aucun sens harmonique. Pour faire une Europe, il faut une France, une Allemagne, une Angleterre, une Espagne, une Irlande, une Suisse, une Italie et le reste. »

« Dans Goethe, l’Europe est une mère aux fils innombrables ; par la voix du poète, elle les invite à se reconnaître. Goethe leur ouvre les yeux ; qu’ils consentent enfin à prendre conscience les uns des autres ; qu’ils aient honte de se calomnier et de se haïr. Goethe, puissant Allemand, n’entend pas que l’Europe soit allemande, ni que la France ou la Chine le devienne. Pour que l’Europe soit vraiment elle-même, il faut que l’Allemagne soit le plus allemande et la France le plus française que faire se pourra : moins le mal, ici et là, moins le mépris, la violence et la haine. »

André Suarès

L'Europe est un projet de civilisation ou elle n'est rien. À ce titre, elle implique une certaine idée de l'homme. Cette idée est à mes yeux celle d'une personne autonome et enracinée, rejetant d'un même mouvement l'individualisme et le collectivisme, l'ethnocentrisme et le libéralisme. L'Europe que j'appelle de mes vœux est donc celle du fédéralisme intégral, seul à même de réaliser de manière dialectique le nécessaire équilibre entre l'autonomie et l'union, l'unité et la déversité. C'est sur de telles bases que l'Europe devrait avoir pour ambition d'être à la fois une puissance souveraine capable de défendre ses intérêts spécifiques, un pôle de régulation de la globalisation dans un monde multipolaire, et un projet original de culture et de civilisation.

Alain de Benoist

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 


Organisation Socialiste Révolutionnaire Européenne

 

« le désir d’être libre ne procède pas de l’insatisfaction ou du ressentiment, mais d’abord de la capacité d’affirmer et d’aimer, c’est-à-dire de s’attacher à des êtres, à des lieux, à des objets, à des manières de vivre. »  George Orwell

 

Alexandre Douguine 

Ce site se reconnaît dans la proposition de "Quatrième Théorie politique" et dans la pensée "eurasiste" pour un monde multipolaire

Recherche

Intro

 

soldat avec groom_Giorgione

 

« Je ne parle pas pour les faibles. Ceux-ci cherchent à obéir et se précipitent partout vers l'esclavage... j'ai trouvé la force là où on ne la cherche pas, dans les simples hommes doux, sans la moindre inclinaison à dominer." Friedrich Nietzsche

 

Le dépassement du nihilisme qui caractérise les temps modernes ne pourra surgir d'un quelconque recours à l'une des idéologies du passé (communisme, fascisme) ou du présent (libéralisme), mais d'une pensée "conservatrice" qu'il devient aujourd'hui nécessaire de redéfinir. Il pourrait ainsi bien émerger d'une redéfinition radicale de l'autonomie individuelle et collective en Europe, et d'une réflexion renouvelée de ce qui fait l'homme, de l'alliance inaliénable de la transcendance et de l'immanence. Le devenir de l'être se situe dans l'éternel présent de cette dialectique à redéfinir, ainsi que dans une éternelle rencontre du passé et du futur, non dans un « autre monde possible », un idéal abstrait et prétendument plus vrai que le réel.

 

"On a pris ainsi longtemps le dessin pour l'ébauche d'une oeuvre qui, une fois achevée, le renvoyait à l'oubli et au néant. On sait que c'est faux : le dessin est déjà toute l'oeuvre, il n'y en a pas d'autre." Jean Baudrillard, Le miroir de la production, note 20 p. 143, 1973

 

Je suis animé du désir vivant et dissident de porter aussi loin que possible le coup du glaive dans le tréfonds de l'ordre moral, peut-être deux fois millénaires, soit ! mais surtout aujourd'hui issu d'une subversion de la pensée européenne multimillénaire nous ayant donné à songer que nous puissions nous prendre pour des dieux. Les Lumières nous ont-elles trahis, ou aurions-nous trahi les Lumières ? Ou n'est-ce la pensée qui se serait trahie elle-même ? Si l'homme ne peut se passer de croyance, au moins a-t-il en cette époque submergée par de vaniteuses certitudes à son propos déposé dans les hauteurs du Royaume Celeste, vidé, la croyance en sa toute puissance. Mais à se croire tout-puissant, l'on en vient par la suite à se nier, à se mépriser, car "on" en oublie jusqu'à notre âme, en oubliant nos racines. Dans notre monde post-moderne, nous ne donnons à la vie que la possibilité de sa propre négation en voulant la protéger d'elle-même par la voie (ou la voix, appauvrie, du langage SMS) des idéalismes et des dogmes attachés aux antiennes de la "sainte" parole ultra-libérale.  


Il s'agit donc de comprendre que nos pensées ne sont pas neutres et que nous ne saurions nous élever sans "prendre le risque" d'avoir la conscience de ce qui fonde les supposées vertus de celles-ci : nos convictions, et ce sur quoi elles sont fondées ! L'émancipation ne peut advenir sans ce courage, cette probité, intellectuelle, sans tomber pour autant dans "l'intellectualisme" et la posture théorique. Réapprendre à penser, réapprendre à se poser et à "voir", à "lire", c'est aussi réapprendre à orienter nos pensées vers l'Être... à ne plus oublier l'Être... donc à ne plus omettre que, en tant qu'hommes, nous sommes éternellement redevables de ce qui nous fonde et nous élève.

 

Car nous sommes détenteurs, et passeurs, de la Tradition (traditio, de tradere : trans - à travers - et dare - donner) pour la continuité et pour l'avenir de laquelle s'érige face à nous, hommes conscients, conservateurs révolutionnaires européens, héritiers des mouvements sociaux du passé, l'obligation de repenser le social, et le socialisme (de socius, ensemble, associés) à la Lumière de l'Impératif vital : promouvoir une restructuration organique et holistique, symbiotique, selon un schéma confédéraliste, des énergies humaines, tant économiques que culturelles et politiques, en Europe afin de retrouver la pleine puissance et maîtrise de nos agir !

 

Yohann Sparfell

(partisan du socialisme conservateur-révolutionnaire européen, de l'écologisme social et du communisme national communautaire)

 

 

Site de la revue Éléments

Blog de la revue Éléments

 

Site de la revue Rebellion et de l'OSRE

 

 

Site de la Revue KRISIS

 

 

Pièces et Main d'œuvre

 

Liens

George Orwell

Site sur George Orwell

Robert Steuckers

Le blog de Robert Steuckers

Michel Maffesoli

Site du sociologue Michel Maffesoli

Europe Solidaire

Pour une Europe intelligente - Solidarité et puissance

Donbass !

"Le jour où le cœur de l'Europe s'est remis à battre"

Rojava France

Représentation du Rojava en France

Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte

Infos sur les luttes de l'EZLN au Chiapas/Mexique

Actualité Africaine

Blog de Bernard Lugan

Bonne nouvelle à l'élite des élus !

Site sur F. Nietzsche

Hommage à Nietzsche

Site sur F. Nietzsche

Société P.J. Proudhon

Site de la Société Pierre-Joseph Proudhon

Thibault Isabel

Blog du philosophe et écrivain Thibault Isabel

La Revue du M.A.U.S.S.

Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales

The Fourth Political Theory

Site d'info sur l'Eurasisme et A. Douguine

Revue Mille neuf cent

Site d'études sur Georges Sorel

Johannes Althusius

Site (en allemand et anglais) sur Althusius

Charles Robin, essayiste

Site de Charles Robin

David L'Épée, intellectuel indépendant

Blog de David L'Épée

Égalité & réconciliation

Gauche du travail, droite des valeurs

Métapo Infos

Actualité du combat culturelle et métapolitique

Cahiers de la Délie

Blog de Luc Olivier d'Algange

Europe Maxima

Spiritualités, Puissance, Identités

Chroniques du Grand jeu

La géopolitiques autrement, pour mieux la comprendre

Réseau international

Site de réflexion et de réinformation

Paul Matilion

Site Paul Matilion

Mondialisation.ca

Centre de recherche sur la mondialisation

Le Saker Francophone

Les humbles veillent !

Jean Borella

Site sur J. Borella

VOXNR

Agence solidariste d'info.

Barbarossa Umtrunk

Musique "eurasiste"

Les Brigandes

Groupe de musique française rebelle

Revue "Sans frontières"

Revue de l'institut franco-russe de Donetsk

LP-UMOJA

Site de la Ligue Panafricaine - Umoja

Permaculture.fr

Portail de la permaculture française

Transition France

Mouvement français des Villes en Transition

Écologie sociale.ch

Portail francophone de l'écologie sociale (textes de Murray Bookchin)

Populaction.com

Base d'information sur la démocratie directe et les assemblées locales d'habitants

Et vous n'avez encore rien vu...

Critique de la science et du scientisme moderne

 

 

"Le comptoir d'un café est le parlement du peuple" Honoré de Balzac

 

Le Socle

Pour une critique positive

"Il n'y a pas de pensées dangereuses, penser est en soi-même dangereux"

Hannah Arendt

Front de la contre-subversion