9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 14:04
Le culte de Mammon – Evelyn de Morgan

Le culte de Mammon – Evelyn de Morgan

La production par le chaos

 

 

Nous pensons communément que pour mieux asseoir sa puissance une société, telle la nôtre, qui repose sur la production engendre inévitablement toujours plus d'ordre. Et il est vrai qu'il en fut ainsi jusque une période récente. L'industrialisation détermina à partir de sa naissance au XIXème siècle une hyper-rationalisation des méthodes collectives de fabrication, et ce dans le but d'atteindre une maximalisation de la production de valeur (ce qui est le but du paradigme de la production). Chaque geste participant au vaste ensemble mécanique de valorisation est préalablement étudié eu égard sa productivité et rentabilité, et cela n'a bien entendu pas fondamentalement changé puisque la rationalité productiviste et capitaliste nous tient toujours lieu de « logique » sociétale. Cette « logique » restant la même, nous n'en avons pas moins pour autant changé de conditions. Il s'agit des conditions données au Capital dans l'état actuel des possibilités de sa valorisation et auto-accumulation, tant technologiques qu'humaines, de poursuivre son rôle d'instrument de pouvoir pour une élite de plus en plus restreinte et obnubilé par l'image de sa puissance « céleste ».

 

Les conditions qui furent celles du processus de valorisation jusque récemment se matérialisèrent au travers de l'industrialisation et ses cadences dites « infernales » (ce qu'elles furent bel et bien en général). Cette dernière se distingua, outre l'utilisation effrénée de sa « complice » : la technologie, par une spécialisation du travail qui ne se fit pas tant au travers de ce qui resta encore en apparence de métiers en son sein que des capacités à imaginer des nouvelles méthodes de rationalisation des processus de production. À partir de ce paradigme, se fit jour une séparation entre d'une part ce qui était devenu la masse des ouvriers, de plus en plus interchangeables mais aussi de plus en plus en surnombre, et d'autre part une certaine caste représentée par la figure de l'ingénieur dont le rôle est d'apporter son expertise technique à l'accroissement sans fin du productivisme. Mais cette rationalisation intensive de la production resta encore peu ou prou une dynamique d'équipes, même socialement cloisonnées, dans le sens où elle stimulait en sous-main une fidélisation aux objectifs et à l'image de l'entreprise. La captation des aptitudes humaines par le procès d'auto-accumulation de richesses financières, des capitaux, devait encore se faire derrière le voile d'un ordre qui assurait au prolétaires et aux cadres une signification commune. C'est celle-ci qui maintient de nos jours par surcroît, et malgré son rétrécissement accru dans l'organisation postmoderne du travail, l'apparence d'un ordre social de plus en plus évanescent. Les conditions de l'auto-accumulation, basée de façon croissante sur la financiarisation de l'économie, ont désormais changées en même temps que celles-ci se sont appuyées sur les préjugés d'un néo-libéralisme universaliste et hyper-individualiste. L'organisation du travail se transforme donc au gré d'une auto-accumulation de capitaux et d'une prise de pouvoir mondial de la part d'une élite financière idéologisée qui ont toutes deux comme caractéristique principale de ne reposer sur rien qui puisse donner sens ou appartenance sinon qu'une simple survie ou recherche perpétuelle d'enracinement illusoire-abstrait : un monde « liquide » en gestation !

 

La Finance, sphère de l'économisme mondialisé dominant actuellement l'ensemble de la production de valeur, manipulant celle-ci afin de tâcher de donner au masses financières gonflantes et virtualisées un semblant d'assise dans le réel – une réalisation hypothétique -, impose de nouvelles conditions au procès de valorisation qu'elle contraint à la mesure de son extension démesurée. Ces conditions suivent les contours hasardeux du mouvement erratiques des capitaux au sein des salles de bourses et bureaux des banques d'affaire, mouvement qui se caractérisent par la vitesse par laquelle se réalisent le transfert de ces capitaux d'un secteur productif vers un autre. Aujourd'hui, l'entreprise soumise à la concurrence mondialisée se doit d'accroître, non plus sa propre capacité à valoriser directement et immédiatement les capitaux investis dans son outils de production, mais en outre ses aptitudes dans l'avenir à pouvoir maintenir et surtout augmenter sa capacité à pouvoir créer un socle de réalité monétaire à la quantité de finance produite dans les cieux du boursicotage et investis en elle. Elle doit en d'autres termes, s'efforcer de se soumettre au diktat de la finance dont elle dépend de plus en plus au sein d'une concurrence mondialisée et déséquilibrée, en valorisant plus ses potentiels de valorisation des capitaux que ces capitaux eux-mêmes. C'est l'entreprise en son entièreté qui devient encore plus par le fait un « objet » de spéculation en soi en misant, du point de vue des capitaux, sur sa virtualité valorisatrice. C'est donc toute sa structure interne - hommes, organisation, outils de production mais surtout de gestion et de rationalisation - qui se doit de s'efforcer de suivre le mouvement s'accélérant des capitaux volatils. Il faut, en d'autres termes, prouver sa compatibilité avec la nouvelle donne financière : condition d'une viabilité non pérenne qu'il appartient à chaque entreprise, à chaque individu, et à chaque instant, de gagner en s'abandonnant au flux croissant de l'ordre spéculatif par l'adaptibilité et l'hyper-rentabilité potentielle (il ne faut jamais oublier que l'argent est une promesse de gain sur l'avenir, et la finance une virtualité qui ne demande qu'à se concrétiser à un moment ou un autre, ne serait-ce qu'en faisant de plus amples promesses...).

 

Mais ce courant est bien sûr bouillonnant, chaotique, et de plus en plus. Il engendre une course folle pour chaque entité qui y est soumise pour une survie de plus en plus aléatoire. Une soumission qui incite - est c'est là qu'est tout l'enjeu - à l'incessante « création » du neuf en même temps qu'au rejet de l'ancien, à la remise en cause permanente de soi-même qui finit par ne plus être soi à force d'instabilité perpétuelle. L'on nous presse de devenir créatifs, imaginatifs, ouverts. La continuelle création du nouveau « instituée », ou plutôt exactement profondément introduite dans l'âme des « suiveurs » de la société ouverte hyper-moderne, devient une sorte de terreau sur lequel peut continuer à se développer l'excroissance de la Finance. L'instabilité et la perpétuelle projection en avant de la société humaine sont aujourd'hui devenues les conditions de la propre perpétuation du capitalisme qui ne survit plus que parce qu'il se repaît de la chair ardente dont il avait fait autrefois sa carcasse vivante (en spéculant sur sa propre capacité à survivre, il nourrit en outre grassement une clique de dominants qui poussent leurs délires eschatologiques toujours plus loin vers l'holocauste généralisé, mais bref, poursuivons...). Il faut que chaque individu, en lui-même, isolément, ainsi que chaque sous-entité économique détachée (agences, équipes, filiales, gérances ou autres directions régionales), s'attache à mobiliser l'ensemble de ses aptitudes afin d'atteindre un maximum de compétitivité, et non plus seulement de rentabilité. Cette dernière est la résultante de la meilleure application possible d'une méthode de travail et de développement préétablie par la direction générale et l'encadrement qui en sont les maîtres d'œuvre et les dirigeants. Ils se doivent d'apporter aux actionnaires les dividendes attendues. La continuelle recherche de compétitivité, quant à elle, ne va pas plus loin mais ailleurs, car il s'agit désormais de mettre en tension et de stimuler en permanence une réactivité permettant, surtout en théorie dans un premier temps quitte, surtout, à l'affirmer par l'application des statistiques, de certifier l'entité économique productive dans ses propres capacités à maintenir un fort potentiel de valorisation de capitaux (les principaux « actionnaires » en ce cas sont les banques qui déterminent leurs taux d'intérêt en fonction de ces capacités lorsque les crédits, de plus en plus importants du fait d'une concurrence de plus en plus coûteuse, sont alloués). Le concept qui y est accolé est celui d'inventivité, car, ce qui est réclamé aujourd'hui c'est de faire preuve d'esprit inventif dans son domaine afin de tâcher de maintenir une longueur d'avance vis-à-vis de la concurrence. Inventivité qui est somme toute quelque peu dévoyée dans son interprétation car elle se doit de se soumettre à une ligne d'élaboration qui passe nécessairement par des impératifs statistiques de plus en plus prégnantes et angoissantes. Il s'agit plutôt en réalité une « inventivité » enserrée dans le carcan de l'efficacité quantitative.

 

C'est bien au nom d'une telle « efficacité », imposée jusqu'au domaine public dans la mesure où l'État emprunte désormais lui-même selon les mêmes règles que les entreprises privées (soumis aux mêmes règles des taux d'intérêts dépendants d'une réelle malléabilité de ses coûts internes, qui pourrons d'ailleurs baisser en important une nombreuse population d'immigrés clandestins payables à bas coûts et dont l'intégration sera financée en empruntant... sur les marchés financiers !1), que s'est imposée la dure loi de la flexibilité généralisée, du moins telle que le voudrait voir émerger le nouvel ordre mondial financier. La flexibilité, entendue aussi dans son aspect « flexicurité », est en effet conçue en tant que facteur principal d'efficacité vue sous l'angle de l'hyper-financiarisation de l'économie. Il est à noter que par rapport à une telle « logique », il existe de moins en moins de correspondance entre l'efficacité productive (entendue : l'adéquation entre un réel besoin des hommes et l'imagination et la fabrication des biens correspondant à ce besoin) et l'impératif financier. Cet impératif réclame une grande mobilité des « acteurs » économiques qui doivent se soumettre à la fluctuation des capitaux issus de la Finance mondialisée détenue par les grandes banques mondiales (FED, JP Morgan, Rothschild, etc), dont les « mises » répondent à une volonté d''accroissement de bulles spéculatives qui permettent d'une part de conserver, de plus en plus virtuellement faut-il le préciser, sa valeur au Capital et d'autre part d'accroître la main-mise de la Finance sur l'économie réelle des Nations, et donc sur les Nations elles-mêmes au travers de la Dette (l'exemple grec est sur ce point déterminant en tant que laboratoire d'austérité généralisée à une Nation en son ensemble). La flexibilité est la mise en application d'un individualisme porté par l'idéologie néo-libérale qui se nourrit de préjugés selon lesquels l'homme se pourrait exprimer pleinement ses capacités que dans un monde dérégulé et livré à une sauvagerie prétendument « créatrice ». Ce principe de dé- « ordre », soutenu par un Ordre mondial qui se met lentement en place au service d'une oligarchie d' « élus » (comprendre : élus au nom d'une destinée eschatologique utilisant les voies de la puissance financière...), repose sur la croyance que du chaos généralisé doivent émerger les artisans, non point d'un renouveau du monde, mais de l'émergence d'un Nouvel Ordre Mondial à l'image et au service d'une minorité dominante et toute-puissante (de la part de ceux qui ne conçoivent les écrits anciens en tant qu'allégories...).

 

Mais en attendant, nous sommes donc invités à « donner le meilleur » de nous-mêmes, à prendre part, par la « force des choses », à l'action de survie généralisée en intériorisant l'esprit de compétition et en en faisant le seul schème de l'accomplissement de l'homme. La formation qui en est issue n'est pas tant professionnelle qu'idéologique et répond à un objectif d'individualisation des résultats et statistiques sensés correspondre à la compétitivité de l'individu dé-socialisé. L'individu isolé ne peut plus aspirer à une solidarité ni une compassion qui se voient dénigrés, voire déniés dans leur principe, mais ne compter que sur eux-mêmes dans leur quête incessante de l'objectif qui leur est assigné par leurs « managers », par leurs « coachs » ou simplement par leur entourage qui les enjoint de plus en plus à ne trouver qu'en eux-mêmes les « ressources » de leur « réussite » sociale. Pour autant, et paradoxalement, cette « réussite » n'est « sociale » que dans la mesure où elle participe à l'éviction de l'esprit social, c'est-à-dire à désincarner l'homme de sa gangue originelle afin de pouvoir en extraire sa force vitale par le fait de l'abstraire de toute identification sociale (ceci en opposition avec l'ancienne pratique capitaliste qui, pour profiter de la force vitale de l'homme, ne le faisait qu'en le maintenant au sein de son milieu social et familial qui lui apportait une compensation à l'exploitation de cette dernière, de sa « force de travail » qui était directement monnayée au travers du salaire et qui devait trouver à se régénérer au sein de ces milieux). L'enjeu est aujourd'hui de taille puisqu'il s'agit en somme d'intégrer dans la vision qu'a chacun du monde et de soi-même une projection typiquement marchande de « dépassement » dont le but n'est plus de vendre sa force de travail au service d'une production sérialisée, mais de se vendre soi-même en son entièreté en tant que prestataire de service : petit patron-dirigeant de ses propres aptitudes monnayables : de ses dispositions à une réactivité quasi-instinctive face au nouveau, à l'imprévu exploitable. C'est la vision idéale de l'auto-entrepreneur. L'homme-marchand – de lui-même – postmoderne devient par conséquent une entreprise à lui tout seul et se voit imposé la nécessité de devoir maintenir coûte que coûte un niveau de compétitivité lui permettant de pouvoir continuer à proposer ses services à ses clients (néo-employeurs bénéficiant d'une concurrence généralisée des services). Cette concurrence en effet est sensée profiter à ces derniers et tirer les prix par le bas (donc, le « coût de la vie »), or, son extension à l'ensemble des services (comprenez : des métiers) soumet en réalité chacun à une baisse des rentrées d'argent, et donc au final des moyens monétaires de vivre. Ce qui ne fait qu'amplifier une concurrence, une guerre de tous contre tous, visant à déstructurer la société et semer le chaos pour le plus grand profit de la Finance.

 

Ce chaos prend la forme d'une rivalité généralisée entre les individus, chacun devenant un potentiel concurrent envers l'autre. Cette dynamique proprement infernale a pour but de briser ce qui restait de solidarité communautaire, de la famille à la Nation, en atomisant au possible la notion d'intérêt, en l'individualisant. Par ce fait, l'homme se charge d'encore bien plus de dettes qu'il ne saurait en avoir au sein d'une société structurée. C'est-à-dire que ces dettes n'ont plus grand chose à voir avec une certaine forme de reconnaissance pour ce qu'ont transmis les générations précédentes, mais elles procèdent d'un sentiment immiscé dans l'esprit des individus, un sentiment selon lequel ceux-ci se sentent éternellement insatisfaits d'eux-mêmes et de leurs « performances » ou de leur « apparence » (évaluées de plus en plus par des statistiques personnalisées, dans l'entreprise comme au travers de multiples technologies mesurant en permanence nos « efforts » ; c'est une tendance qui peu à peu se confirme et participe à introduire ce sentiment dans la tête des gens). Cette insatisfaction entretenue « objectivement » ne peut plus être, dans un tel mouvement, contrée par une juste reconnaissance offerte par la communauté d'appartenance, et prend alors des proportions psychotiques qui génèrent de l'instabilité et de l'angoisse. Exister n'est plus aujourd'hui que soumission, non plus tellement à une organisation productive lors des heures de travail passés à « gagner sa vie » (laissant encore un échappatoire hors de ce laps de temps plus ou moins long de la vie quotidienne), mais à une exigence de valorisation qui s'étend à l'être tout entier en en faisant un objet parmi d'autres objets, un humanoïde qu'il s'agit d'animer vers sa plus grande efficience possible. Tels des objets effectivement, ces individus chosifiés sont séparés, atomisés, livrés à eux-mêmes et à leurs dettes. De la même façon que le font de plus en plus les étudiants, les individus du monde postmoderne sont enjoints de s'investir – ce qui signifie donc aussi d'investir financièrement – pour leur propre « réussite » qui n'est donc plus vraiment sociale mais existentielle. Ceux-ci deviennent par conséquent redevables envers des structures qui leur fournissent les moyens de s'intégrer à un flux (non plus à une société), sans jamais leur permettre de pouvoir se poser un jour, de devenir un acteur véritable de leur monde. Flux chaotique que ne maîtrise plus personne en apparence, sauf bien sûr ceux-là mêmes qui tirent les ficelles, et les bénéfices de tout ceci.

 

De la même façon que l'on a actuellement de plus en plus tendance à renvoyer un chômeur à sa propre responsabilité quant au fait qu'il ait perdu son emploi, ou ait été incapable de s'en procurer un, c'est chaque individu que l'on renvoie à sa culpabilité subjective. Ce qui le place isolément face à la nécessité de suivre coûte que coûte le mouvement chaotique, que l'on peut voir en dernier lieux tel un simulacre, des flux changeants des capitaux financiers. Car si ce mouvement répond à une nécessité de maintenir leur valeur aux capitaux mondialisés suivant en cela l'extrême volatilité des niches au sein desquelles il peut continuer à s'accroître, il permet surtout d'amplifier une main-mise généralisée sur le monde entier de la part de pouvoirs de l'ombre qui profitent à fond de la déliquescence des rapports sociaux qui permettaient encore jusque là de maintenir tant bien que mal un sentiment de bien commun. Il existe donc bel et bien une intention dans les hautes strates du pouvoir financier qui paraissent vouloir profiter d'une situation économique mondiale de plus en plus chaotique, mais qui en réalité la provoque grandement. En qualifiant leurs employés de « collaborateurs », les dirigeants des grosses entreprises capitalistes modifient subrepticement la façon qu'ont de se voir ceux qui désormais auront la charge, non plus de seulement assurer le travail qu'on leur demande en fonction de leur poste, leur niveau de formation, dans une chaîne de production, mais surtout d'intérioriser une responsabilité qui leur incombe de devoir s'investir entièrement pour un avenir perpétuellement incertain de la boîte intégrée au contexte chaotique actuel. Leur participation est une implication essentielle, intime, vitale même, dont dépend, y compris dans la vie quotidienne, leur présence au monde, leur existence. C'est que l'ordre initié par la phase postmoderne du capitalisme restructuré s'appuie sur une interprétation réélaborée de la notion du Droit, donc de la « juste » place accordée à chacun, en fonction d'une manière tout à fait particulière de considérer le mérite.

 

À cet égard, il est nécessaire de bien faire le distingo entre la théorie libérale du « droit-de-l-hommisme » stipulant que l'individu humain détient de façon inaliénable des droits par le simple fait de son arrivé au monde, vision abstraite de l'homme dont l'existence est déconnectée de son inclusion originelle à ses communautés, et la tendance actuelle qui légitime ces droits, de façon différentiée, en fonction du degré d'implication par laquelle l'individu aura su apporter sa contribution à la dynamique « progressiste » (d'accroissement qualitatif et quantitatif du paradigme de la financiarisation de la vie). Nous devons réaffirmer ici que les droits ne sauraient jamais être ni valablement ni intentionnellement des prérequis, qu'ils ne le sont pas en réalité malgré les préjugés idéologiques, mais qu'ils représentent nécessairement les conséquences d'une inclusion, quelqu'elle soit, de l'homme dans son milieu social. Prétendre le contraire n'est que prêter le flanc aux absurdités théoriques de l'idéologie libérale. Ceci doit nous conforter dans l'évidence que la guerre culturelle qui nous oppose aux tenants du Nouvel Ordre mondial actuel concerne deux visions du Droit qui sont antagoniques et contradictoires, mais qui partent, en réalité et conformément à la vérité humaine, du même axiome. De l'une la Tradition y prend sa source, de l'autre s'appuie, en réalité, la dynamique « progressiste » de la vénalité néo-libérale. Les protections sociales de l'État providence protégeant les majorités, puis désormais l'imposition d'un libéralisme sociétal mettant en avant les minorités, ne sont que le cache-sexe d'une règle axiomatique qui s'applique plus durement dans les sociétés capitalistes modernes et encore bien plus crûment dans celles hyper-modernes actuelles, que dans les communautés traditionnelles conscientes de cet état de fait humain. Le mythe du Progrès a retiré chez nos contemporains la conscience d'une règle par laquelle l'homme ne devient tel que parce qu'il accepte pleinement de s'intégrer à l'ensemble des siens, de sa lignée et de ses communautés. Cela engendre des illusions, et par la suite des désillusions forcément, qui préparent en réalité l'avènement d'un sorte de nouveau prolétariat2 fait d'auto-entrepreneurs ou de collaborateurs « managérisés » et rivés aux éternels « challenges », tout à fait adaptés à la nécessaire et actuelle instabilité de placement des capitaux et à l'insécurité sociale qui l'accompagne. Les prétendus « droits » octroyés aux minorités sont mis au point par l'élite oligarchique au fur et à mesure de la déstructuration totale des fondements traditionnelles de nos sociétés européennes - et au-delà - mais surtout du démontage méthodique de tout ce qui pouvait apporter une certaine protection sociale à l'encontre des règles implacables du Marché. Ces deux dynamiques se meuvent dans le même sens parce qu'il devient de plus en plus nécessaire de dissimuler la contradiction croissante entre les présupposées libérales des droits imprescriptibles inhérents à chaque individu et la réalité d'une financiarisation absolue de l'économie qui tend à porter au paroxysme l'individualisme et l'atomisation chaotique du monde humain.

 

La solvabilité, tant à l'égard de son adaptabilité à devoir répondre aux stimuli des tendances anarchiques de la valorisation financière que de ses propres capacités financières à s'octroyer une « reconnaissance » sociale fondée sur la consommation, est aujourd'hui la pomme de Mammon : le fruit délicieux que tendent les maîtres nouveaux aux adeptes forcés de la « loi de la jungle ». C'est d'elle que découlent les « droits » - privilèges toujours hypothétiques acquis par la force de la ruse et par le dénis de l'esprit de solidarité et de communauté – qui font de l'homme postmoderne une bête traqueuse de la moindre opportunité à se valoriser elle-même telle une vulgaire machine en proie au risque perpétuel du déclassement. Homme-bête-machine : une descente vers les enfers du chaos dont certains simulent la gestion afin d'en faire paraître le côté « naturel », inévitable. Le libéralisme a ceci de particulier que pour faire advenir un univers de rêves de réussite matérielle, il lui faut d'ors et déjà créer abstraitement de la richesse avant même de mettre en œuvre tout le travail nécessaire pour la produire réellement. Aujourd'hui, cette immense quantité de richesse accumulée dans la finance à l'époque de la troisième révolution industrielle où le travail humain devient obsolète doit, pour continuer à exister et à croître, s'appuyer sur la vie elle-même et ses incroyables capacités à s'adapter et créer. C'est un pari dangereux dans la mesure où celle-ci justement a aussi la capacité de violemment rejeter ce qui lui empêche de s'élever dans la dialectique de l'autonomie, soit en opposition frontale à l'hyper-individualisme. Être autonome c'est se donner la possibilité de modifier son monde en s'attachant à modifier ses relations aux autres en fonction du milieu et des conditions actuelles. Le capitalisme en sa phase actuelle prétend à une telle dynamique mais cette prétention ne saurait qu'être propagandiste par le fait qu'elle délie, qu'elle déstructure l'intime, qu'elle détruit l'ordre holiste du monde, qu'elle nous spolie d'un enracinement dans une réalité que l'on cherche à percevoir comme stable. Au lieu d'affermir les relations, elle les distancie et les remplace par des rapports entre des entités de plus en plus atomisées et angoissées. Nous pouvons sérieusement douter que tout cela puisse avoir un quelconque avenir.

 

Yohann Sparfell

1http://sorosconnection.com/migrants-emmanuel-macron-deja-dans-les-pas-de-george-soros/

2https://www.challenges.fr/start-up/quand-la-coolitude-des-start-up-se-transforme-en-proletariat-nouvelle-generation_477708?utm_content=buffer34c82&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

Partager cet article

Repost 0
Published by Yohann Sparfell - chevalier de Bretagne - dans Textes de critiques et réflexions

Présentation

  • : In limine
  • In limine
  • : Recherche "aristocratique" philosophique et métapolitique intégrée au projet d'une Europe Nouvelle de type impérial post-libéral, inspirée de penseurs tels J. Althusius, F. Nietzsche, P.J. Proudhon, G. Sorel, O. Spengler, J. Evola, S. Weil, E. Jünger, A. de Benoist, etc
  • Contact

Propos pour un "Empire" européen

(Une Grande Europe de la Spiritualité et de la Puissance !)

Res Publica Europensis

(cliquer pour télécharger le PDF)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Il ne s'agit pas de tuer la liberté individuelle mais de la socialiser

Pierre-Joseph Proudhon

Ce n'est pas autour des inventeurs de fracas nouveaux, c'est autour des inventeurs de valeurs nouvelles que gravite le monde ; il gravite en silence

F. Nietzsche

 

 

Friedrich Nietzsche

 

« La véritable Europe est un accord et non l’unisson. Goethe tient pour toutes les variétés et toutes les différences : l’esprit qui interprète la nature ne peut pas se donner une autre règle ni un autre jugement. Il n’est d’Europe que dans une harmonie assez riche pour contenir et résoudre les dissonances. Mais l’accord d’un seul son, fût-ce à des octaves en nombre infini, n’a aucun sens harmonique. Pour faire une Europe, il faut une France, une Allemagne, une Angleterre, une Espagne, une Irlande, une Suisse, une Italie et le reste. »

« Dans Goethe, l’Europe est une mère aux fils innombrables ; par la voix du poète, elle les invite à se reconnaître. Goethe leur ouvre les yeux ; qu’ils consentent enfin à prendre conscience les uns des autres ; qu’ils aient honte de se calomnier et de se haïr. Goethe, puissant Allemand, n’entend pas que l’Europe soit allemande, ni que la France ou la Chine le devienne. Pour que l’Europe soit vraiment elle-même, il faut que l’Allemagne soit le plus allemande et la France le plus française que faire se pourra : moins le mal, ici et là, moins le mépris, la violence et la haine. »

André Suarès

 

"Minuit" de Vincent Vauclin

 

L'Europe est un projet de civilisation ou elle n'est rien. À ce titre, elle implique une certaine idée de l'homme. Cette idée est à mes yeux celle d'une personne autonome et enracinée, rejetant d'un même mouvement l'individualisme et le collectivisme, l'ethnocentrisme et le libéralisme. L'Europe que j'appelle de mes vœux est donc celle du fédéralisme intégral, seul à même de réaliser de manière dialectique le nécessaire équilibre entre l'autonomie et l'union, l'unité et la diversité. C'est sur de telles bases que l'Europe devrait avoir pour ambition d'être à la fois une puissance souveraine capable de défendre ses intérêts spécifiques, un pôle de régulation de la globalisation dans un monde multipolaire, et un projet original de culture et de civilisation.

Alain de Benoist

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Bastion social

(Autonomie - Identité - Justice sociale)

 

Site du Think-Tank EurHope

 

« le désir d’être libre ne procède pas de l’insatisfaction ou du ressentiment, mais d’abord de la capacité d’affirmer et d’aimer, c’est-à-dire de s’attacher à des êtres, à des lieux, à des objets, à des manières de vivre. »  George Orwell

 

 

 

Recherche

Intro

 

soldat avec groom_Giorgione

 

« Je ne parle pas pour les faibles. Ceux-ci cherchent à obéir et se précipitent partout vers l'esclavage... j'ai trouvé la force là où on ne la cherche pas, dans les simples hommes doux, sans la moindre inclinaison à dominer." Friedrich Nietzsche

 

Le dépassement du nihilisme qui caractérise les temps modernes ne pourra surgir d'un quelconque recours à l'une des idéologies du passé (communisme, fascisme) ou du présent (libéralisme), mais d'une pensée "conservatrice" qu'il devient aujourd'hui nécessaire de redéfinir. Il pourrait ainsi bien émerger d'une redéfinition radicale de l'autonomie individuelle et collective en Europe, et d'une réflexion renouvelée de ce qui fait l'homme, de l'alliance inaliénable de la transcendance et de l'immanence. Le devenir de l'être se situe dans l'éternel présent de cette dialectique à redéfinir, ainsi que dans une éternelle rencontre du passé et du futur, non dans un « autre monde possible », un idéal abstrait et prétendument plus vrai que le réel.

 

"On a pris ainsi longtemps le dessin pour l'ébauche d'une oeuvre qui, une fois achevée, le renvoyait à l'oubli et au néant. On sait que c'est faux : le dessin est déjà toute l'oeuvre, il n'y en a pas d'autre." Jean Baudrillard, Le miroir de la production, note 20 p. 143, 1973

 

Je suis animé du désir vivant et dissident de porter aussi loin que possible le coup du glaive dans le tréfonds de l'ordre moral trois fois centenaire, mais surtout aujourd'hui issu d'une subversion de la pensée européenne multimillénaire nous ayant donné à songer que nous puissions nous prendre pour des dieux. Les Lumières nous ont-elles trahis, ou aurions-nous trahi les Lumières ? Ou n'est-ce la pensée qui se serait trahie elle-même ? Si l'homme ne peut se passer de croyance, au moins a-t-il en cette époque submergée par de vaniteuses certitudes à son propos déposé dans les hauteurs du Royaume Celeste, vidé, la croyance en sa toute puissance. Mais à se croire tout-puissant, l'on en vient par la suite à se nier, à se mépriser, car "on" en oublie jusqu'à notre âme, en oubliant nos racines. Dans notre monde post-moderne, nous ne donnons à la vie que la possibilité de sa propre négation en voulant la protéger d'elle-même par la voie (ou la voix, appauvrie, du langage SMS) des idéalismes et des dogmes attachés aux antiennes de la "sainte" parole ultra-libérale.  


Il s'agit donc de comprendre que nos pensées ne sont pas neutres et que nous ne saurions nous élever sans "prendre le risque" d'avoir la conscience de ce qui fonde les supposées vertus de celles-ci : nos convictions, et ce sur quoi elles sont fondées ! L'émancipation ne peut advenir sans ce courage, cette probité, intellectuelle, sans tomber pour autant dans "l'intellectualisme" et la posture théorique. Réapprendre à penser, réapprendre à se poser et à "voir", à "lire", c'est aussi réapprendre à orienter nos pensées vers l'Être... à ne plus oublier l'Être... donc à ne plus omettre que, en tant qu'hommes, nous sommes éternellement redevables de ce qui nous fonde et nous élève.

 

Car nous sommes détenteurs, et passeurs, de la Tradition (traditio, de tradere : trans - à travers - et dare - donner) pour la continuité et pour l'avenir de laquelle s'érige face à nous, hommes conscients, socialistes conservateurs-révolutionnaires européens, héritiers des mouvements sociaux du passé, l'obligation de repenser le social, et le socialisme (de socius, ensemble, associés) à la Lumière de l'Impératif vital : promouvoir une restructuration organique et holistique, symbiotique, selon un schéma fédératif, des énergies humaines, tant économiques que culturelles et politiques, en France puis en Europe afin de retrouver la pleine puissance et maîtrise de nos agir, notre souveraineté nationale et civilisationnelle !

 

Yohann Sparfell

(nationaliste-révolutionnaire européen pour l'Imperium en devenir !)

 

La revue des revues :

 

Site de la revue Éléments

Blog de la revue Éléments

 

Site de la revue Rebellion et de l'OSRE

 

Site de la revue Réfléchir & Agir

 

Site de la revue Synthèse nationale

 

Site de Terre & Peuple

Liens

Métamag

Le magazine européen de l'esprit critique

George Orwell

Site sur George Orwell

Gabriele Adinolfi

Site de Gabriele Adinolfi

Jean Mabire

Site de l'Association des Amis de Jean Mabire

Europe Solidaire

Pour une Europe intelligente - Solidarité et puissance

Reconquista Europe

"Today Ukraine, tomorrow Rus' and the whole Europe

Génération identitaire

Défendre l'identité européenne !

Nietzsche académie

Académie de philosophie nietzschéenne

Bonne nouvelle à l'élite des élus !

Site sur F. Nietzsche

Hommage à Nietzsche

Site sur F. Nietzsche

Société P.J. Proudhon

Site de la Société Pierre-Joseph Proudhon

Thibault Isabel

Blog du philosophe et écrivain Thibault Isabel

La Revue du M.A.U.S.S.

Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales

Johannes Althusius

Site (en allemand et anglais) sur Althusius

Métapo Infos

Actualité du combat culturelle et métapolitique

Eurolibertés

La réinformation européenne

Association Castoriadis

Site sur Cornélius Castoriadis

Robert Steuckers

Le blog de Robert Steuckers

Traditionalists

A Blog for the study of Traditionalism and the Traditionalists

CasaPound Italia

Mouvement de la Patrie italienne

Archaïon

Les tablettes de Christopher Gérard

 

 

 

 

Front de la contre-subversion

 

Le Socle

 

 

 

 

"Il n'y a pas de pensées dangereuses, penser est en soi-même dangereux"

Hannah Arendt